July 3, 2020 / 1:08 PM / in a month

Procès en Turquie de sept suspects dans la fuite de Carlos Ghosn

Le procès de sept ressortissants turcs accusés d'avoir aidé Carlos Ghosn (photo), ancien patron de l'alliance Renault-Nissan, dans sa fuite du Japon fin 2019, s'est ouvert vendredi à Istanbul. /Photo prise le 8 janvier 2020/REUTERS/Mohamed Azakir

ISTANBUL (Reuters) - Le procès de sept ressortissants turcs accusés d’avoir aidé Carlos Ghosn, ancien patron de l’alliance Renault-Nissan, dans sa fuite du Japon fin 2019, s’est ouvert vendredi à Istanbul.

L’ex-“shogun” de l’industrie automobile, arrêté à Tokyo en novembre 2018 pour des accusations de malversations financières qu’il dément, s’est soustrait en décembre 2019 à la justice japonaise pour se réfugier au Liban, après une escale en Turquie.

Okan Kösemen, un dirigeant de MNG Jet, dont les appareils ont été utilisés par Carlos Ghosn lors de son évasion, et quatre pilotes de la compagnie aérienne turque figurent parmi les prévenus. Accusés de trafic de migrants, ils ont tous été arrêtés début janvier, peu après la fuite de Carlos Ghosn, et sont passibles de huit ans de prison.

Deux membres du personnel navigant, accusés de complicité pour ne pas avoir dénoncé un délit, présents également à l’audience, risquent pour leur part une peine de prison d’un an.

Les sept suspects rejettent les accusations portées à leur encontre.

Ezgi Erkoyun; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below