for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'Iran prêt à discuter avec Washington sous conditions

L'Iran est prêt à entamer un dialogue avec les Etats-Unis s'ils s'excusent pour leur retrait unilatéral de l'accord sur son programme nucléaire et l'indemnisent, a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani (photo). /Photo d'archives/REUTERS/Keith Bedford

DUBAI (Reuters) - L’Iran est prêt à entamer un dialogue avec les Etats-Unis s’ils s’excusent pour leur retrait unilatéral de l’accord sur son programme nucléaire et l’indemnisent, a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani.

“Nous n’avons aucun problème avec l’idée de discussions avec les Etats-Unis mais seulement si Washington remplit ses obligations conformément à l’accord nucléaire, s’excuse et indemnise Téhéran pour son retrait de l’accord de 2015”, a-t-il déclaré lors d’une allocution télévisée.

“Mais nous savons que ses appels aux pourparlers avec Téhéran ne sont que des mots et des mensonges”, a-t-il ajouté.

Les relations entre Washington et Téhéran se sont considérablement dégradées depuis 2018 et la décision du président américain Donald Trump de se retirer de l’accord de Vienne de 2015 encadrant le programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions économiques.

L’Iran a depuis refusé de reprendre langue avec les Etats-Unis qui s’en tiennent quant à eux à une stratégie de “pression maximale” afin de convaincre Téhéran de négocier un nouvel accord plus global. Début juin, Donald Trump s’est dit prêt à entamer un dialogue avec Téhéran mais a répété que cela devrait se faire “sans conditions préalables”.

Son secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, a jugé mercredi que le refus de l’Iran de fournir un accès libre à ses sites aux inspecteurs de l’Agence internationale de l’Energie atomique soulevait de graves questions quant à ses intentions et à d’éventuelles activités non déclarées.

Mike Pompeo a aussi exprimé l’espoir que le monde entier accepterait la proposition américaine d’une prolongation sans limite dans le temps de l’embargo des Nations unies sur les ventes d’armes à l’Iran. Le conseil de sécurité de l’Onu doit commencer l’examen de cette proposition ce mercredi.

Parisa Hafezi, version française Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up