June 23, 2020 / 4:13 PM / a month ago

L'Onu se penche sur une extension de l'embargo sur les ventes d'armes à l'Iran

Le Conseil de sécurité des Nations unies va entamer mercredi l'examen d'une proposition américaine visant à prolonger sans limitation de durée l'embargo sur les ventes d'armes à l'Iran. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger

NATIONS UNIES (Reuters) - Le Conseil de sécurité des Nations unies va entamer mercredi l’examen d’une proposition américaine visant à prolonger sans limitation de durée l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran.

L’interdiction, aux termes de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique, court actuellement jusqu’à octobre prochain.

D’après des diplomates, la représentation américaine à l’Onu a fait circuler lundi son projet de résolution auprès des 14 autres membres du conseil, mais la Russie et la Chine, qui disposent d’un droit de veto en vertu de leur statut de membre permanent, ont d’ores et déjà manifesté leur opposition à cette initiative.

La proposition américaine vise à interdire la vente, la livraison et le transfert d’armes ou de matériels liés à l’armement à l’Iran sauf dérogation approuvée par une commission dépendant du Conseil de sécurité.

Le texte autoriserait aussi les pays tiers à inspecter en cas de doute tout chargement à destination de l’Iran se trouvant sur leur territoire ou en haute mer.

L’initiative des Etats-Unis fait suite à un rapport du secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui a indiqué que plusieurs missiles de croisière utilisés dans des attaques menées l’an dernier contre des installations pétrolières et un aéroport saoudiens étaient d’”origine iranienne”.

L’administration américaine a prévenu qu’en cas de mise en échec de son projet de résolution, elle pourrait tenter de déclencher le “snapback”, un mécanisme intégré à l’accord de juillet 2015 qui permet un retour automatique au régime de sanctions internationales contre l’Iran qui prévalaient auparavant.

Même si les Etats-Unis se sont retirés en mai 2018 du Plan d’action global commun (JCPOA), nom officiel de ce pacte sur le nucléaire iranien, ils soutiennent être en capacité d’enclencher ce mécanisme en arguant de leur statut de “participant initial du JCPOA identifié au paragraphe 10 de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies”.

Michelle Nichols; version française Henri-Pierre André, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below