June 22, 2020 / 4:26 PM / 2 months ago

Ankara balaye la mise en garde du Caire sur la Libye

Un haut responsable turc a balayé lundi l'avertissement lancé ce week-end par le président égyptien, Abdel Fattah al Sissi (photo), qui a menacé d'intervenir directement en Libye, assurant que rien n'empêcherait Ankara d'apporter son soutien à ses alliés libyens. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

ANKARA (Reuters) - Un haut responsable turc a balayé lundi l’avertissement lancé ce week-end par le président égyptien, qui a menacé d’intervenir directement en Libye, assurant que rien n’empêcherait Ankara d’apporter son soutien à ses alliés libyens.

La Turquie et l’Egypte soutiennent deux camps différents en Libye - Ankara aide militairement le gouvernement d’entente nationale (GEN) reconnu par la communauté internationale, tandis que Le Caire soutient l’homme fort de l’est du pays, le maréchal Khalifa Haftar, qui a lancé il y a plus d’un an une offensive sur la capitale Tripoli.

La tension entre les deux pays est encore montée d’un cran ce week-end avec les propos du président égyptien Abdel Fattah al Sissi qui a prévenu que tout franchissement par les forces du GEN de la ligne de front entraînerait une possible intervention “directe” du Caire.

“Les déclarations de Sissi n’ont aucun fondement”, a réagi lundi un haut responsable turc, assurant que rien n’entamerait “la détermination de la Turquie et de la Libye”.

Les préparatifs en cours pour reprendre le contrôle de la ville stratégique de Syrte, tombée dans les mains des forces d’Haftar en janvier, et la région de Joufra plus au Sud, se poursuivent, a-t-il ajouté.

Pour le vice-président du parti présidentiel turc AKP, Yasin Aktay, toute intervention égyptienne en Libye se heurterait à l’hostilité de l’Algérie, et mettrait l’Egypte face à la Turquie, membre de l’Otan. “Sissi n’a ni le pouvoir ni le courage de tenter cela”, a-t-il estimé.

Après l’échec d’une série de médiations internationales et onusiennes, l’Egypte a présenté début mai une nouvelle initiative de paix pour la Libye en proposant notamment la création d’un conseil élu et l’instauration d’un cessez-le-feu - un plan soutenu par les Etats-Unis, la Russie et les Émirats arabes unis mais rejeté par la Turquie.

Orhan Coskun, version française Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below