for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

A Tulsa, Trump critique les manifestants, défend sa gestion de la pandémie

TULSA, Oklahoma (Reuters) - Le président américain Donald Trump, qui a tenu samedi son premier meeting de campagne depuis plusieurs mois, a fustigé les manifestations contre le racisme et a défendu sa gestion de la crise sanitaire liée à l’épidémie de nouveau coronavirus.

Le président américain Donald Trump, qui a tenu samedi son premier meeting de campagne depuis plusieurs mois, a fustigé les manifestations contre le racisme et a défendu sa gestion de la crise sanitaire liée à l'épidémie de nouveau coronavirus. /Photo prise le 20 juin 2020/REUTERS/Leah Millis

Donald Trump espérait avec ce meeting, organisé à Tulsa dans l’Oklahoma, relancer sa campagne pour un second mandat à la Maison blanche mais il n’est pas parvenu à mobiliser la foule comme l’espérait son équipe de campagne.

Le président américain a blâmé les médias qui, a ses yeux, ont découragé ses sympathisants de se rendre au meeting. Il a aussi critiqué le comportement des manifestants à l’extérieur sans pour autant reconnaître que de nombreux sièges du complexe sportif où il tenait son discours étaient vides.

Donald Trump a également balayé du revers de la main les critiques sur son choix d’organiser son premier meeting depuis le 2 mars dans la ville de Tulsa, théâtre des pires violences contre les Afro-Américains il y a près de cent ans.

Le président, qui a privilégié une réponse militariste face aux manifestations contre le racisme et les violences policières et qui a été critiqué pour son manque d’empathie envers les Noirs américains, a profité de son discours pour vilipender les manifestants.

“La foule déchaînée de gauche essaie de vandaliser notre histoire, de profaner nos monuments, nos beaux monuments, de démolir nos statues et de punir, de faire taire et de persécuter quiconque ne se conforme pas à leurs exigences de contrôle absolu et total”, a-t-il déclaré.

A la peine dans les sondages face au candidat démocrate Joe Biden, Donald Trump a défendu sa gestion de l’épidémie de COVID-19 en expliquant qu’à son grand dam, la campagne de dépistage avait permis d’identifier plus de cas d’infections.

“Quand vous faites des tests à ce niveau, vous allez ... trouver plus de cas”, a-t-il déclaré. “J’ai donc dit à mes collaborateurs: “Ralentissez les tests, s’il vous plaît”.

Quelques heures avant le meeting de Tulsa, son équipe de campagne a annoncé que six de ses membres avaient été testés positifs au COVID-19.

Alors que l’Etat de l’Oklahoma a fait état d’une augmentation du nombre de cas confirmés d’infection au COVID-19, seule une poignée de participants portait un masque à l’intérieur du complexe sportif où se tenait le meeting de campagne.

Jeff Mason et Makini Brice, version française Matthieu Protard

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up