June 19, 2020 / 3:01 PM / 2 months ago

Trump met en garde les éventuels manifestants contre sa venue à Tulsa

Un supporter attend la venue à Tulsa de Donald Trump. Ce dernier a mis en garde vendredi les éventuels manifestants désireux de venir perturber sa venue à Tulsa, dans l'Oklahoma, où le président américain a prévu un grand meeting samedi pour relancer sa campagne en vue de l'élection présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis. /Photo prise le 18 juin 2020/REUTERS/Shannon Stapleton

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a mis en garde vendredi les éventuels manifestants désireux de venir perturber sa venue à Tulsa, dans l’Oklahoma, où le président américain a prévu un grand meeting samedi pour relancer sa campagne en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis.

“Tous les manifestants, anarchistes, agitateurs, pillards ou voyous qui allez venir dans l’Oklahoma, comprenez bien s’il vous plaît, vous ne serez pas traités comme vous l’avez été à New York, Seattle ou Minneapolis. Ce sera une scène bien différente!”, a écrit Donald Trump sur Twitter, sans préciser la nature des mesures qui pourraient être prises contre ces contestataires.

L’équipe de campagne du président a par la suite précisé que ce dernier visait les agitateurs, pas les manifestants pacifiques.

“Le président soutient les manifestations pacifiques et les gens qui exercent leurs droits liés au Premier Amendement”, a dit Marc Lotter, porte-parole de Donald Trump, à MSNBC. “Si nous assistons à ce à quoi nous avons assisté dans d’autres villes avec des émeutes, des pillages, des bâtiments incendiés et de la violence physique, alors c’est quelque chose dont la police s’occupera.”

Ce meeting, le premier depuis le début de l’épidémie de nouveau coronavirus en mars aux Etats-Unis, intervient sur fond de vaste mouvement de contestation à travers le pays contre les violences policières et les discriminations raciales à la suite de la mort de George Floyd fin mai.

Donald Trump avait déjà été vivement critiqué pour avoir écrit sur Twitter, au sujet de ces manifestations, que “lorsque les pillages commencent, les tirs commencent”.

Le révérend Al Sharpton, figure du mouvement pour les droits civiques aux Etats-Unis, a jugé vendredi que le dernier tweet de Donald Trump était “provocateur” et “irrespectueux”.

“Proférer des menaces comme ça, c’est provoquer des incidents et vous provoquez des interactions qui ne sont pas nécessaires”, a-t-il dit lui aussi sur MSNBC.

Susan Heavey; version française Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below