for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'Américain Paul Whelan condamné à 16 ans de prison pour espionnage en Russie

MOSCOU (Reuters) - La justice russe a jugé l’Américain Paul Whelan, ancien soldat du corps des Marines, coupable d’espionnage pour le compte des Etats-Unis et l’a condamné à seize ans de prison, rapportent lundi les agences de presse russes.

La justice russe a jugé l'Américain Paul Whelan (photo), ancien soldat du corps des Marines, coupable d'espionnage pour le compte des Etats-Unis et l'a condamné à seize ans de prison, rapportent lundi les agences de presse russes. /Photo prise le 15 juin 2020/REUTERS/Maxim Shemetov

Le condamné, qui est âgé de 50 ans, a plaidé non coupable et ses avocats feront appel dans le délai légal de dix jours.

A l’audience, le mois dernier, les procureurs avaient demandé une peine minimum de 18 ans de réclusion dans une prison de haute sécurité.

Paul Whelan, qui possède des passeports américain, britannique, canadien et irlandais, a été arrêté le 28 décembre 2018 dans une chambre d’hôtel à Moscou par des agents du FSB, les services fédéraux de la sécurité russe.

Une clef USB contenant des informations classées a été découverte dans sa chambre. Paul Whelan affirme avoir été piégé. Cette clef USB lui avait été remise par une connaissance russe et il pensait, a-t-il dit, qu’elle contenait des photos de vacances qu’ils avaient passé ensemble.

Des diplomates américains ont réclamé à plusieurs reprises sa libération, estimant que le dossier était vide.

Lundi, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a dénoncé la façon dont Moscou a traité l’ancien soldat des Marines.

“Les États-Unis sont scandalisés par la décision prise aujourd’hui par le tribunal russe de condamner le citoyen américain Paul Whelan à l’issue d’un procès secret, pendant lequel ont été présentées des preuves secrètes et les témoins de la défense n’ont pas disposé d’un temps de parole approprié”, a déclaré le secrétaire d’État américain dans un communiqué.

“La Russie n’a pas réussi à accorder à M. Whelan un procès équitable devant un tribunal indépendant et impartial ; et pendant sa détention, elle a mis sa vie en danger en ignorant sa maladie de longue date ; et l’a maintenu de manière déraisonnable isolé de sa famille et de ses amis”, a-t-il dit.

Le procès, qui s’était ouvert le 23 mars, s’est tenu à huis clos en raison du caractère sensible d’informations figurant au dossier.

Anton Kolodyazhnyy, Andrew Osborn et Alexander Marrow, version française Henri-Pierre André, Anait Miridzhanian, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up