for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Nouvelle-Zélande: La statue d'un commandant britannique déboulonnée

WELLINGTON (Reuters) - La ville d’Hamilton en Nouvelle-Zélande a démonté vendredi la statue d’un commandant de la marine britannique accusé du meurtre de membres du peuple maori au XIXe siècle, alors que le débat sur les monuments représentant l’oppression raciale fait rage.

La ville d'Hamilton en Nouvelle-Zélande a démonté vendredi la statue d'un commandant de la marine britannique accusé du meurtre de membres du peuple maori au XIXe siècle, alors que le débat sur les monuments représentant l'oppression raciale fait rage. /Photo d'archives/REUTERS/Pascal Rossignol

Le remise en cause des statues hérigées à la gloire des colonialistes et des marchands d’esclaves fait partie d’un mouvement plus large inspiré par les manifestations “Black Lives Matter” qui ont débuté aux États-Unis après la mort de George Floyd.

George Floyd, un homme noir de 46 ans, est mort le 25 mai dernier lors de son interpellation par un policier blanc de Minneapolis.

Des manifestants ont fait tomber mercredi une statue de l’explorateur italien Christophe Colomb à Saint Paul, au Minnesota.

En Australie et en Nouvelle-Zélande, ces contestations se sont focalisées sur les atrocités commises par les colonisateurs européens sur les populations autochtones. Des milliers de manifestants antiracistes ont ainsi défilé la semaine dernière.

La statue du commandant britannique John Hamilton a été déboulonnée dans la ville néo-zélandaise éponyme, un jour après qu’un chef maori a menacé de la démolir lui-même.

La maire Paula Southgate a déclaré que de plus en plus de citoyens trouvaient la statue personnellement et culturellement offensante.

“Personne ne peut ignorer ce qui se passe à travers le monde et nous non plus. Alors que nous essayons de renforcer la tolérance et la compréhension entre les cultures et au sein de la communauté, je ne pense pas que cette statue nous y aide”, a-t-elle ajouté.

John Hamilton a dirigé un régiment lors de la bataille de Gate Pā entre le gouvernement colonial et les tribus maories dans les années 1860, où il a trouvé la mort.

La communauté maori a demandé à plusieurs reprises que la statue soit enlevée. Elle a été vandalisée en 2018.

Le déboulonnage de statues controversées ne fait toutefois pas l’unanimité. Le vice-premier ministre néo-zélandais Winston Peters a qualifié cette initiative de “vague d’idiotie”.

“Un pays apprend de ses erreurs et de ses triomphes et son peuple devrait avoir l’éducation et la maturité nécessaires pour faire la distinction entre les deux”, a-t-il dit.

Praveen Menon; version française Kate Entringer, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up