for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le Pentagone va examiner la réponse de la Garde nationale aux manifestations

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper (en photo), a ordonné un examen de la réponse apportée par la Garde nationale aux récentes manifestations qui ont eu lieu aux Etats-Unis pour protester contre la brutalité policière et les discriminations raciales, a annoncé jeudi le Pentagone. /Photo prise le 1er juin 2020/REUTERS/Carlos Barria

WASHINGTON (Reuters) - Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a ordonné un examen de la réponse apportée par la Garde nationale aux récentes manifestations qui ont eu lieu aux Etats-Unis pour protester contre la brutalité policière et les discriminations raciales, a annoncé jeudi le Pentagone.

Cet examen va porter sur “un ensemble de questions, dont l’entraînement, l’équipement, l’organisation, les effectifs, le déploiement et l’utilisation des soldats de la Garde nationale”, a précisé le Pentagone dans un communiqué.

Mark Esper avait exclu la semaine dernière de recourir à l’armée face aux violences en marge des manifestations provoquées par la mort de George Floyd le 25 à Minneapolis.

Reuters a appris jeudi de représentants américains que le déploiement de milliers de membres de la Garde nationale pour faire face aux manifestations dans les rues de Washington, une démarche critiquée par la maire de la capitale fédérale, a coûté quotidiennement jusqu’à 2,6 millions de dollars au gouvernement fédéral.

Une analyse effectuée par Reuters de données de la Garde nationale montre que le recours à la Garde nationale a coûté plus de 14 millions de dollars pour la semaine qui a débuté le 1er juin.

Les forces de sécurité de Washington ont été critiquées pour avoir tiré le 1er juin des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser des manifestants pacifistes présents à proximité de la Maison blanche, avant que Donald Trump ne quitte à pied la résidence présidentielle pour une photographie devant une église voisine.

Le chef d’état-major de l’armée, le général Mark Milley, a dit jeudi regretter d’être apparu au côté du président américain pour cette photo.

Eric Beech, Idrees Ali et Makini Brice; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up