June 9, 2020 / 8:30 AM / 2 months ago

Chine: Controverse autour d'une étude de Harvard suggérant la présence du coronavirus dès août

LONDRES (Reuters) - Pékin a qualifié de “ridicule” une étude de la Harvard Medical School suggérant que le coronavirus pourrait s’être propagé en Chine dès le mois d’août, et des scientifiques ont déclaré qu’elle n’offrait aucune preuve pertinente du moment où l’épidémie a commencé.

Pékin a qualifié de "ridicule" une étude de la Harvard Medical School suggérant que le coronavirus pourrait s'être propagé en Chine dès le mois d'août, et des scientifiques ont déclaré qu'elle n'offrait aucune preuve pertinente du moment où l'épidémie a commencé. /Photo prise le 25 mai 2020/REUTERS

Cette étude, qui n’a pas été soumise à évaluation, se base sur des images satellitaires à haute résolution des parkings de l’hôpital de Wuhan et des requêtes sur les moteurs de recherche au sujet de symptômes tels que la “toux” et la “diarrhée”.

Selon les auteurs, la hausse de la fréquentation hospitalière et des données sur la recherche de symptômes à Wuhan a commencé avant le début présumé de la pandémie de SRAS-CoV-2 en décembre 2019.

“Bien que nous ne soyons pas en mesure de confirmer que l’augmentation de ces volumes est directement liée au coronavirus, nos résultats viennent appuyer d’autres travaux récents montrant qu’il est apparu avant sa détection sur le marché de fruits de mer de Huanan (à Wuhan)”, indique l’étude.

Paul Digard, virologue à l’université d’Edimbourg, a déclaré que l’utilisation des données des moteurs de recherche et des images satellitaires du trafic autour des hôpitaux pour détecter les épidémies “est une idée intéressante qui a une certaine validité”.

Mais selon lui, ces données sont seulement corrélatives et - comme l’ont noté les scientifiques de Harvard - ne peuvent permettre d’en identifier la cause.

“C’est un travail intéressant, mais je ne suis pas sûr qu’il nous fasse avancer beaucoup plus”, a déclaré Keith Neal, professeur d’épidémiologie des maladies infectieuses à l’université britannique de Nottingham.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a rejeté mardi les résultats de cette étude lors d’une conférence de presse.

“Je pense qu’il est ridicule, incroyablement ridicule, d’arriver à cette conclusion en se basant sur des observations superficielles comme le volume de fréquentation” hospitalière, a déclaré Hua Chunying.

L’étude de la Harvard Medical School, dont le texte a été publié avant évaluation, montre une forte augmentation du trafic dans les parkings des hôpitaux en août 2019.

“En août, nous avons constaté une hausse unique des recherches sur la diarrhée qui n’avait pas été observée lors des saisons de grippe précédentes ni reflétée dans les recherches sur la toux”.

Selon Keith Neal, l’étude incluait la circulation autour d’au moins un hôpital pour enfants et si les enfants ont tendance à attraper la grippe, c’est moins le cas avec le COVID-19.

Paul Digard a souligné qu’en se concentrant uniquement sur les hôpitaux de Wuhan, déjà connus pour être l’épicentre de l’épidémie, “ cette étude force la corrélation”.

“Il aurait été intéressant - et peut-être beaucoup plus pertinent - d’analyser ces données dans d’autres villes chinoises en dehors de la région du Hubei”, a-t-il ajouté.

Guy Faulconbridge, Yew Lun Tian et Kate Kelland; Version française Kate Entringer, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below