May 17, 2020 / 1:30 PM / 3 months ago

Le président afghan va partager le pouvoir avec son rival

KABOUL (Reuters) - Le président afghan Ashraf Ghani et son rival Abdullah Abdullah ont signé un accord de partage de pouvoir qui met un terme à des mois d’impasse politique, une initiative qui pourrait favoriser les discussions de paix inter-afghanes.

Le président afghan Ashraf Ghani (à droite) et son rival Abdullah Abdullah (à gauche) ont signé un accord de partage de pouvoir qui met un terme à des mois d'impasse politique, a déclaré dimanche un porte-parole du dirigeant, une initiative qui pourrait favoriser les discussions de paix inter-afghanes. /Photo prise le 17 mai 2020/REUTERS/Palais présidentiel afghan

“L’accord politique entre le président Ghani et le Dr. Abdullah Abdullah vient d’être signé”, a déclaré Sediq Sediqqi, porte-parole d’Ashraf Ghani, sur Twitter.

Dans le cadre de cet accord, Abdullah Abdullah dirigera le conseil dédié aux discussions de paix et plusieurs des membres de son équipe seront intégrés au gouvernement, a précisé le porte-parole. Davantage d’informations seront données prochainement, a-t-il dit.

“C’est un jour historique pour notre cher Afghanistan”, a déclaré Ashraf Ghani. “Dans les prochains jours, nous espérons que grâce à l’unité et la coopération, nous serons en mesure de préparer le terrain à un cessez-le-feu et à une paix durable.”

Les postes attribués aux fidèles d’Abdullah Abdullah n’ont pas été communiqués pour l’instant et font toujours l’objet d’âpres tractations, a-t-on appris de sources proches des négociations.

Abdullah Abdullah a réclamé le contrôle du ministère des Finances ou des Affaires étrangères, ce qui a été refusé par Ghani, qui lui a proposé l’Intérieur, a-t-on précisé.

Abdullah Abdullah contestait les résultats d’une élection organisée en septembre et avait annoncé la formation d’un gouvernement parallèle un peu plus tôt dans l’année, affaiblissant le gouvernement d’Ashraf Ghani au moment où les Etats-Unis tentent de faire progresser le processus de paix entamé avec les taliban pour mettre fin à 19 années de guerre.

Washington s’agaçait du différend entre les deux hommes, en dépit d’un déplacement du secrétaire d’Etat Mike Pompeo à Kaboul en mars pour tenter une médiation. Le gouvernement américain a prévu de réduire les aides d’un milliard de dollars face à l’impasse politique.

On ne sait pas à ce stade si l’accord intervenu dimanche permettra de rétablir ces aides américaines. L’ambassade des Etats-Unis à Kaboul n’a fait aucun commentaire à ce sujet.

Sur Twitter, Mike Pompeo s’est dit “heureux” de la signature de l’accord de partage du pouvoir.

“Il a regretté le temps perdu”, a toutefois déclaré la porte-parole du département d’Etat dans un communiqué.

“La priorité des Etats-Unis demeure un accord politique pour mettre fin au conflit”, a ajouté la porte-parole, Morgan Ortagus.

Les Etats-Unis et les taliban afghans ont signé le 29 février dernier à Doha un accord qui doit ouvrir la voie au retrait des troupes américaines d’Afghanistan et à des négociations de paix entre les insurgés islamistes et le gouvernement de Kaboul.

Avec Orooj Hakimi, version française Gwénaëlle Barzic et Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below