May 15, 2020 / 7:57 AM / 19 days ago

Coronavirus: Amélioration "sans précédent" de la qualité de l'air en Chine

La qualité de l'air en Chine a enregistré une amélioration "sans précédent" au premier trimestre, conséquence de la mise à l'arrêt de l'activité économique et des restrictions de déplacements pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré vendredi un responsable du ministère chinois de l'Environnement. /Photo prise le 4 avril 2020/REUTERS/Aly Song

PEKIN (Reuters) - La qualité de l’air en Chine a enregistré une amélioration “sans précédent” au premier trimestre, conséquence de la mise à l’arrêt de l’activité économique et des restrictions de déplacements pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré vendredi un responsable du ministère chinois de l’Environnement.

Le nombre de jours de “ciel bleu” a augmenté de 6,6 points de pourcentage sur les trois premiers mois de l’année, a précisé Liu Bingjiang, chef du pôle pollution atmosphérique au ministère de l’Ecologie et de l’Environnement.

“C’est un niveau que nous n’avions même pas oser imaginer”, s’est-il félicité, notant que l’objectif pour toute la période 2016-2020 était de seulement 3,3 points de pourcentage.

L’épidémie de coronavirus, qui a émergé dans le centre de la Chine en décembre dernier avant de se répandre dans le reste du monde, a poussé les autorités, dans la plupart des pays à instaurer un confinement de la population et à réduire l’activité des entreprises. Le virus a infecté à ce stade plus de quatre millions de personnes dans le monde.

Des millions de personnes étant contraintes de rester chez elles, les concentrations de petites particules fines ont reculé de près de 15% dans plus de 300 villes chinoises au cours des trois premiers mois de l’année, selon les données officielles du ministère.

A Shanghai, les émissions polluantes ont chuté de près de 20% au premier trimestre, tandis qu’à Pékin, elles sont restées à un niveau stable, précisent ces données.

À Wuhan, berceau de la pandémie, la baisse est de plus d’un tiers en moyenne mensuelle.

Dans le Hebei, province la plus touchée par le smog en temps normal, les concentrations de particules en suspension (PM2,5) ont reflué de 15,7% sur les quatre premiers mois de l’année.

Muyu Xu, David Stanway, Version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below