May 4, 2020 / 10:19 AM / 3 months ago

Les chaînes d'approvisionnement en Chine dans le viseur de Washington

WASHINGTON (Reuters) - L’administration Trump est “passée à la vitesse supérieure” pour mettre en oeuvre un projet visant à réduire la dépendance de l’industrie mondiale envers la Chine, que Washington rend responsable de l’actuelle pandémie de coronavirus, a-t-on appris auprès d’actuels et d’anciens responsables américains.

L'administration Trump est "passée à la vitesse supérieure" pour mettre en oeuvre un projet visant à réduire la dépendance de l'industrie mondiale envers la Chine, que Washington rend responsable de l'actuelle pandémie de coronavirus, a-t-on appris auprès d'actuels et d'anciens responsables américains. /Photo prise le 3 mai 2020/REUTERS/Joshua Roberts

Donald Trump, qui brigue un second mandat pour l’élection présidentielle du 3 novembre, a intensifié récemment ses critiques vis-à-vis de la Chine, alors que le bilan économique et sanitaire du COVID-19 est particulièrement lourd aux Etats-Unis.

“Nous travaillons depuis plusieurs années sur (la réduction de la dépendance de nos chaînes d’approvisionnement en Chine) mais nous avons désormais enclenché le turbo sur cette initiative”, a déclaré à Reuters Keith Krach, sous-secrétaire d’Etat américain à la Croissance économique, à l’Energie et à l’Environnement, ajoutant que Washington pourrait annoncer rapidement de nouvelles mesures.

L’administration fédérale américaine, le département du Commerce et d’autres agences veulent pousser les entreprises à transférer leur approvisionnement et leur production hors de Chine, par le biais notamment d’incitations fiscales et de subventions, précisent d’actuels ou anciens responsables de l’administration américaine.

“LA PANDÉMIE A CRISTALLISÉ TOUTES LES INQUIÉTUDES”

“Il y a une offensive de l’ensemble du gouvernement sur ce sujet”, explique l’un d’eux, ajoutant que les agences évaluent les produits considérés comme “essentiels” et qui devraient être fabriqués hors de Chine.

“La pandémie a cristallisé toutes les inquiétudes (...) sur les relations commerciales avec la Chine”, note un autre.

“Tout l’argent que les gens pensent avoir gagné en concluant des accords avec la Chine s’est volatilisé à présent au regard des dégâts économiques” liés au coronavirus, observe un troisième responsable.

Les discussions avec d’autres pays sur les chaînes d’approvisionnement sont concrètes et, fait inhabituel dans le fonctionnement de l’administration Trump, multilatérales.

Les Etats-Unis poussent ainsi en faveur de la création d’une alliance de “partenaires de confiance” au sein d’un “Réseau de prospérité économique”, indique une des sources interrogées.

Cette alliance rassemblerait des acteurs opérant selon les mêmes normes dans des secteurs allant du numérique à l’énergie en passant par le commerce et l’éducation, précise-t-elle.

Le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, a déclaré la semaine dernière que le gouvernement américain travaillait avec l’Australie, l’Inde, le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et le Vietnam pour “faire avancer l’économie mondiale”. L’Amérique latine pourrait également jouer un rôle.

Ces discussions portent sur “la manière dont nous restructurons (...) les chaînes d’approvisionnement afin d’empêcher qu’une telle situation se reproduise jamais à l’avenir”, avait-il dit.

Avec Alex Alper, David Lawder, Matt Spetalnick et David Brunnstrom; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below