May 4, 2020 / 5:13 AM / 3 months ago

Quelque 100.000 Américains pourraient être tués par le coronavirus, dit Trump

WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a déclaré dimanche qu’il estimait désormais que quelque 100.000 personnes pourraient être tuées par le nouveau coronavirus aux Etats-Unis, où le bilan de l’épidémie a dépassé ses estimations préalables, mais il a dit être confiant qu’un vaccin puisse être développé d’ici la fin de l’année.

Donald Trump a déclaré dimanche qu'il estimait désormais que quelque 100.000 personnes pourraient être tuées par le nouveau coronavirus aux Etats-Unis, où le bilan de l'épidémie a dépassé ses estimations préalables, mais il a dit être confiant qu'un vaccin puisse être développé d'ici la fin de l'année. /Photo prise le 3 mai 2020/REUTERS/Joshua Roberts

S’exprimant lors d’une discussion publique virtuelle de deux heures diffusée par Fox News, le président américain a alterné entre prévisions optimistes pour l’économie américaine et critiques à l’encontre de la Chine, à laquelle il a reproché une “horrible erreur” à l’origine de la crise sanitaire actuelle, sans développer son propos.

Le COVID-19, la maladie respiratoire causée par le coronavirus, a contaminé plus de 1,1 million de personnes et causé plus de 67.000 décès aux Etats-Unis, tout en provoquant la mise à l’arrêt de nombreux commerces.

“Nous allons perdre entre 75.000-80.000 et 100.000 personnes. C’est une chose horrible”, a déclaré Donald Trump, qui avait évoqué au cours de la semaine écoulée un possible bilan de 60.000 à 70.000 morts.

Près de la moitié des Etats américains ont engagé un processus de déconfinement alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens du coronavirus a commencé à stagner ou à diminuer, et que des manifestations ont eu lieu pour demander un allègement des restrictions ayant plongé l’économie dans la crise.

“Nous ne pouvons pas rester fermé en tant que pays (ou) nous n’aurons plus de pays”, a dit Trump lors de la séance de questions-réponses télévisée, durant laquelle peu de questions délicates lui ont été posées.

Ce rendez-vous a offert à Donald Trump, qui avait récemment reproché à Fox News son manque de soutien, une plate-forme pour s’adresser à la population alors qu’il ne peut organiser des meetings électoraux et qu’il a été critiqué pour sa rhétorique lors des points de presse tenus quotidiennement à la Maison blanche sur le coronavirus.

Contredisant les prévisions de certains experts médicaux, le président américain a dit croire qu’il y aurait un vaccin contre le COVID-19 d’ici la fin de l’année. “Les médecins diraient, ‘vous ne devriez pas dire ça’. Je dis ce que je pense (...) Nous aurons un vaccin plus tôt que tard”, a-t-il ajouté.

Plusieurs experts, dont le principal conseiller de l’administration américaine sur les maladies infectieuses, ont prévenu que le développement d’un vaccin devrait prendre entre un an et dix-huit mois.

A la veille du retour des sénateurs à Washington, Donald Trump a par ailleurs déclaré qu’il était possible que l’aide fédérale pour contrer les effets économiques de la crise sanitaire puisse atteindre 6 milliards de dollars. Le Congrès a jusqu’à présent débloqué 3 milliards de dollars d’aide.

“De l’aide supplémentaire arrive. C’est nécessaire”, a dit Trump.

Nandita Bose et Pete Schroeder; version française Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below