May 4, 2020 / 5:18 AM / 3 months ago

Coronavirus: La presse chinoise accuse Washington de "propagande"

WASHINGTON (Reuters) - Un journal proche du Parti communiste chinois (PCC) a qualifié lundi de “bluff” les déclarations du secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, qui a assuré quelques heures plus tôt disposer d’”une quantité importante de preuves” montrant que le nouveau coronavirus est sorti d’un laboratoire chinois.

Un journal proche du Parti communiste chinois (PCC) a qualifié lundi de "bluff" les déclarations du secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo (photo), qui a assuré quelques heures plus tôt disposer d'"une quantité importante de preuves" montrant que le nouveau coronavirus est sorti d'un laboratoire chinois. /Photo prise le 29 avril 2020/REUTERS/Andrew Harnik

Le chef de la diplomatie américaine n’a aucune preuve que le virus provient du laboratoire de Wuhan, écrit le Global Times dans un éditorial, appelant les Etats-Unis à communiquer les éléments sur lesquels leurs représentants basent leurs déclarations.

“L’administration Trump continue de mener une guerre de propagande sans précédent tout en essayant d’entraver les efforts mondiaux dans la lutte contre la pandémie de COVID-19”, ajoute le tabloïd en langue anglaise proche du pouvoir à Pékin.

S’exprimant dimanche sur la chaîne de télévision ABC, Mike Pompeo a déclaré à propos du nouveau coronavirus qu’”il y a une quantité significative de preuves que cela vient de ce laboratoire à Wuhan”.

Le chef de la diplomatie américaine a ensuite brièvement contredit une déclaration publiée cette semaine par la principale agence d’espionnage américaine, selon laquelle le virus ne semblait pas être d’origine humaine ou génétiquement modifié - ce qui contredit les théories conspirationnistes promues par les activistes anti-Chine et certains partisans du président Donald Trump qui suggèrent qu’il a été développé dans un laboratoire d’armes biologiques du gouvernement chinois.

“Les meilleurs experts jusqu’à présent semblent penser qu’il a été fabriqué par l’homme. Je n’ai aucune raison de ne pas y croire pour l’instant”, a dit Pompeo.

Quand son interlocuteur sur ABC a souligné que ce n’était pas la conclusion des agences de renseignement américaines, le secrétaire d’Etat a fait marche arrière. “J’ai vu ce que la communauté du renseignement a dit. Je n’ai aucune raison de croire qu’ils se trompent”, a-t-il dit.

Le département d’État américain n’a pas répondu dans l’immédiat à une demande de clarification sur les commentaires de Mike Pompeo.

Publié jeudi, le rapport du bureau du directeur du renseignement national indique être d’accord avec “le large consensus scientifique” selon lequel le coronavirus n’a pas été créé par l’homme.

Donald Trump a dit le même jour être convaincu que le nouveau coronavirus émanait d’un institut de virologie chinois, mais a décliné de communiquer des preuves.

Daphne Psaledakis, avec David Brunnstrom; version française Blandine Hénault et Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below