May 1, 2020 / 3:55 PM / 3 months ago

En Inde, le confinement prolongé de 2 semaines

Le gouvernement indien a annoncé vendredi la prolongation pour deux semaines du confinement national qui devait prendre fin le 4 mai, tout en assurant qu'il autoriserait "des allègements importants" dans les zones jugées les moins risquées. /Photo prise le 1er mai 2020/REUTERS/Jitendra Prakash

NEW DELHI/BOMBAY (Reuters) - Le gouvernement indien a annoncé vendredi la prolongation pour deux semaines du confinement national qui devait prendre fin le 4 mai, tout en assurant qu’il autoriserait “des allègements importants” dans les zones jugées les moins risquées.

Les déplacements en avion, en train ou en métro et les trajets routiers entre différents Etats du pays resteront interdits dans l’ensemble du pays, a précisé le ministère des Affaires intérieures dans un communiqué, et les établissement scolaires, les hôtels, les restaurants, les centres commerciaux, les cinémas et les lieux de culte demeureront fermés.

Il n’y aura toutefois aucune restriction aux échanges de marchandises entre Etats et la fabrication et la distribution de produits essentiels sera autorisée, a précisé le ministère.

Alors que le pays le plus peuplé du monde avec plus de 1,3 milliard d’habitants est soumis à des mesures de confinement strictes depuis le 25 mars, les autorités ont défini des zones rouges, oranges et vertes en fonction de la gravité de l’épidémie, selon un document rédigé par la ministre de la Santé, Preeti Sudan, que Reuters a pu consulter.

Les plus grandes métropoles du pays, dont New Delhi, Bombay, Bangalore, Chennai et Ahmedabad, sont toutes classées comme des zones rouges et des foyers importants d’infection, donc soumises au confinement le plus strict.

Pour être considérée comme une zone verte et prétendre à un allègement rapide des restrictions, une ville ou une région ne devront avoir enregistré aucun nouveau cas d’infection pendant trois semaines.

L’Inde a fait état de plus de 35.000 cas de COVID-19 et de 1.147 décès dus à la maladie causée par le coronavirus. Mais l’ampleur de l’épidémie pourrait être bien supérieure dans un pays où des dizaines de millions de personnes n’ont pas accès à des soins suffisants.

Nigam Prusty et Rajendra Jadhav, version française Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below