April 20, 2020 / 2:10 PM / 2 months ago

Coronavirus: Retour à la normale de l'activité en Iran, malgré les inquiétudes

DUBAI (Reuters) - Les centres commerciaux, les marchés et les bazars ont rouvert lundi en Iran, en dépit des mises en garde de certains experts craignant que cette reprise de l’activité ne déclenche une deuxième vague de contaminations par le nouveau coronavirus dans le pays le plus touché du Moyen-Orient.

Les centres commerciaux, les marchés et les bazars ont rouvert lundi en Iran, en dépit des mises en garde de certains experts craignant que cette reprise de l'activité ne déclenche une deuxième vague de contaminations par le nouveau coronavirus dans le pays le plus touché du Moyen-Orient. /Photo prise le 2 avril 2020/REUTERS/Ali Khara/WANA (West Asia News Agency)

Selon le dernier bilan diffusé lundi par le ministère de la Santé, 5.209 décès imputés au nouveau coronavirus ont été recensés en Iran, sur un total de 83،505 cas de contamination enregistrés depuis le début de l’épidémie dans le pays.

La République islamique a peiné à contenir la propagation de l’épidémie sur son territoire, les autorités de Téhéran s’abstenant de décréter des mesures de confinement pour éviter de porter un coup fatal à une économie déjà ravagée par les sanctions américaines rétablies en 2018 puis alourdies depuis.

Avec la poursuite du relâchement progressif des restrictions pesant sur l’activité économique, les entreprises ne présentant qu’un risque “modéré” ont pu rouvrir lundi.

Cette reprise de l’activité concerne notamment “les boutiques dans (...) les bazars ou les centres commerciaux, sous réserve qu’elles respectent les protocoles sanitaires”, avait annoncé dimanche le président iranien Hassan Rohani lors d’une réunion du groupe de travail national dédié à la lutte contre le coronavirus.

La réouverture de ces boutiques à “risque modéré” s’est accompagnée d’une levée de l’interdiction des déplacements interurbains, qui s’est soldée par une reprise du trafic automobile à Téhéran et dans certaines villes, selon des images diffusées lundi par la télévision publique.

Cette situation inquiète certains experts.

“Tout va dépendre de la façon dont les gens respectent les protocoles sanitaires. Ils ne doivent pas penser que la situation est revenue à la normale”, a déclaré à la télévision publique Mohammad Asayi, un conseiller du ministre de la Santé, en appelant les Iraniens à rester chez eux.

Les autorités préconisent aux Iraniens de continuer à respecter les mesures de distanciation sociale, de porter des masques à l’extérieur et de se laver régulièrement les mains, mais les infractions à ces recommandations ne sont pas sanctionnées.

“TÉHÉRAN EST COMME AVANT”

Des inspecteurs sanitaires effectueront cependant des visites inopinées dans les boutiques de nouveau ouvertes afin de vérifier le respect de ces mesures, ont précisé des représentants du gouvernement aux médias publics.

Selon des médias iraniens, le président du groupe de travail mis en place par le gouvernement pour gérer cette crise sanitaire, Alireza Zali, a prévenu que la réouverture des entreprises risquait de favoriser la transmission du virus.

“Le point le plus important c’est que davantage de trajets, notamment dans les transports publics, augmentent la probabilité de dissémination du virus”, a-t-il déclaré à la télévision d’Etat.

Selon la presse iranienne, le chef du conseil municipal de Téhéran, Mohsem Hashemi, a lui aussi mis en garde contre une nouvelle flambée épidémique “si les restrictions étaient levées trop tôt”.

“Je suis très inquiet de ce qui se passe (...) Je crains que les gens ne prennent pas cette épidémie au sérieux”, a dit à la télévision publique un médecin exerçant dans un hôpital de Téhéran.

Pour Nasrin Hosseinzadeh, un professeur à la retraite habitant la capitale iranienne interrogé par Reuters, “Téhéran est comme elle était avant l’épidémie de coronavirus. Personne ne semble plus s’en préoccuper”.

Les entreprises jugées comme présentant un “risque peu élevé” par les autorités iraniennes - ce qui recouvre de nombreuses boutiques, usines et ateliers - avaient déjà pu reprendre leur activité samedi à Téhéran, soit une semaine après leur réouverture dans le reste du pays.

Le président Hassan Rohani a précisé dimanche que les entreprises considérées comme présentant un risque élevé (théâtres, salles de sport, sauna, instituts de beauté par exemple) devaient en revanche rester fermées “jusqu’à nouvel ordre”.

Les restaurants ne sont quant à eux ouverts que pour la vente à emporter.

La fermeture des établissements scolaires et des universités a en revanche été prolongée, tout comme l’interdiction des rassemblements culturels, religieux et sportifs.

Alors que le mois de jeûne du ramadan doit débuter dans le courant de la semaine, les mosquées et les centres religieux doivent rester fermés en Iran jusqu’au 4 mai.

Parisa Hafezi, version française Myriam Rivet, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below