April 17, 2020 / 4:50 AM / 4 months ago

Coronavirus: La Chine révise son bilan à la hausse, ravive les doutes

PEKIN/SHANGHAI (Reuters) - La Chine a révisé vendredi à la hausse le nombre de morts et de cas de contaminations causés par l’épidémie de coronavirus dans la ville de Wuhan par rapport aux bilans précédents, ravivant les doutes grandissants de la communauté internationale sur la gestion de la crise par Pékin.

La Chine a révisé vendredi à la hausse le nombre de morts et de cas de contaminations causés par l'épidémie de coronavirus dans la ville de Wuhan par rapport aux bilans précédents, ravivant les doutes grandissants de la communauté internationale sur la gestion de la crise par Pékin. /Photo prise le 17 avril 2020/REUTERS/Thomas Peter

Au total, le nombre de décès recensés en Chine depuis le début de l’épidémie apparue en décembre dans le centre du pays s’élevait à 4.632 au 16 avril en Chine continentale, contre 3.342 précédemment, a annoncé la commission nationale de la santé.

Cette hausse d’explique par la révision du bilan à Wuhan, berceau de l’épidémie, où les nouveaux chiffres officiels font état de 1.290 décès et de 325 cas d’infection supplémentaires, portant à 3.869 le nombre de morts causés par le coronavirus et à 50.333 le nombre de contaminations.

Cette révision vise à corriger des compte-rendus erronés, des délais et des omissions, ont précisé les autorités de la capitale de la province de Hubei, dans le centre de la Chine.

Cette révision à la hausse est de nature à alimenter les doutes exprimés ces dernières semaines par les Etats-Unis qui accusent Pékin d’avoir dissimulé l’ampleur et la portée de l’épidémie et sous-évalué son bilan.

La Chine a dénoncé des commentaires “indécents” et a invité les autorités américaines à cesser de politiser une question de santé publique.

Dans une interview publiée jeudi soir par le Financial Times, Emmanuel Macron a pour sa part appelé à ne pas faire preuve de “naïveté” concernant la gestion par la Chine de l’épidémie de coronavirus, jugeant impossible de comparer des pays où l’information circule librement avec d’autres où la liberté d’expression est réduite.

Il y a “manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas”, a estimé le chef de l’Etat français.

PEKIN DEMENT TOUTE DISSIMULATION

A Londres, le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a de son côté estimé que la Chine devrait répondre à des “questions difficiles” concernant l’épidémie.

“Nous devons regarder tous les aspects et d’une manière équilibrée mais il ne fait aucun doute que tout ne peut pas continuer comme si de rien n’était et nous devrons poser les questions difficiles concernant l’apparition du virus et pourquoi il n’a pas pu être stoppé plus tôt”, a-t-il déclaré jeudi soir lors d’une conférence de presse.

Des doutes rejetés vendredi par le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères qui a assuré que rien n’avait été dissimulé par le gouvernement.

La révision du nombre de cas à Wuhan résulte d’une vérification statistique visant à s’assurer de l’exactitude des données et est une pratique internationale fréquente, a déclaré Zhao Lijian lors de son point presse quotidien.

version française Jean Terzian et Marine Pennetier, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below