April 4, 2020 / 3:02 PM / 4 months ago

Avec Starmer, les Travaillistes tournent la page du socialisme radical

Keir Starmer a été élu samedi nouveau leader du parti travailliste, principal parti d'opposition de Grande-Bretagne, promettant de mettre fin à plusieurs années de luttes intestines et de travailler avec le gouvernement pour faire face à l'épidémie de coronavirus. /Photo prise le 5 janvier 2020/REUTERS/Simon Dawson

LONDRES (Reuters) - Keir Starmer a été élu samedi nouveau leader du parti travailliste, principal parti d’opposition de Grande-Bretagne, promettant de mettre fin à plusieurs années de luttes intestines et de travailler avec le gouvernement pour faire face à l’épidémie de coronavirus.

Cet ancien responsable des poursuites pénales pour l’Angleterre et le Pays-de-Galles a été élu chef du Labour avec 56% des voix.

Face à lui, la défaite très claire d’une alliée du leader sortant Jeremy Corbyn, mais aussi l’élection d’Angela Rayner comme bras droit de Keir Starmer annoncent un virage vis-à-vis du socialisme radical défendu par la direction précédente.

Le parti travailliste, au pouvoir pendant 13 ans avec Tony Blair et Gordon Brown, a accusé en décembre dernier sa pire gifle électorale depuis 1935, des divisions sur la stratégie, une attitude confuse sur le Brexit et une controverse sur l’antisémitisme ayant détourné du Labour une partie de son électorat traditionnel.

Kate Holton, Gilles Guillaume pour le service français, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below