April 2, 2020 / 11:08 AM / 2 months ago

Crise migratoire de 2015: La CJUE condamne Prague, Budapest et Varsovie

BRUXELLES (Reuters) - La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé jeudi que la Pologne, la Hongrie et la République tchèque avaient manqué à leurs obligations à l’égard du droit européen en refusant d’accueillir des réfugiés pour soulager la Grèce et l’Italie lors de la crise migratoire de 2015.

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé jeudi que la Pologne, la Hongrie et la République tchèque avaient manqué à leurs obligations à l'égard du droit européen en refusant d'accueillir des réfugiés pour soulager la Grèce et l'Italie lors de la crise migratoire de 2015. /Photo d'archives/REUTERS/François Lenoir

Les trois pays concernés ne devraient pas faire l’objet de sanctions dans l’immédiat puisque le mécanisme adopté à l’automne 2015 par une Union européenne en proie à des divisions persistantes sur la question migratoire visait à organiser la répartition des dizaines de milliers de réfugiés dans un délai courant jusqu’en 2017.

“En refusant de se conformer au mécanisme temporaire de relocalisation de demandeurs de protection internationale, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont manqué à leurs obligations découlant du droit de l’Union”, souligne la CJUE, basée à Luxembourg, dans un communiqué.

Les gouvernements nationalistes et eurosceptiques au pouvoir dans ces trois anciens pays communistes avaient invoqué des motifs de maintien de l’ordre public pour refuser d’accueillir ces réfugiés et migrants majoritairement musulmans ayant fui la guerre et la pauvreté en Syrie ou en Afrique.

En première ligne face à cet afflux de migrants débordant leurs systèmes de protection sociale et de sécurité, l’Italie et la Grèce avaient dénoncé le manque de solidarité européenne.

L’Allemagne avait également critiqué l’attitude de ces trois Etats d’Europe centrale qui refusaient d’apporter leur aide tout en continuant de bénéficier des subsides du bloc communautaire.

Plus d’un million de migrants et de réfugiés ont traversé la Méditerranée pour gagner les côtes européennes en 2015, prenant l’Union européenne au dépourvu et déclenchant dans certaines zones un soutien accru aux partis d’extrême droite.

L’UE a depuis renforcé ses frontières extérieures et proposé un soutien financier à des pays tiers, comme la Turquie, pour empêcher les migrants de pénétrer sur le territoire européen.

Les divisions sur la question migratoire restent cependant vivaces et cette thématique a au moins en partie contribué au Brexit, voté en 2016 et effectif depuis le 31 janvier dernier.

La solidarité des Vingt-Sept est une nouvelle fois mise à l’épreuve par la pandémie de coronavirus en cours, l’Italie et l’Espagne - les pays les plus touchés - se plaignant une nouvelle fois de l’insuffisance de l’aide européenne.

Version française Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below