March 10, 2020 / 10:34 AM / 4 months ago

Le coronavirus met l'Italie au ralenti

ROME (Reuters) - L’Italie était au ralenti, mardi matin, quelques heures après l’entrée en vigueur à l’échelle nationale de mesures draconiennes et sans précédent pour enrayer la propagation du coronavirus.

L'Italie était au ralenti, mardi matin, quelques heures après l'entrée en vigueur à l'échelle nationale de mesures draconiennes et sans précédent pour enrayer la propagation du coronavirus. /Photo prise le 10 mars 2020/REUTERS/Flavio Lo Scalzo

Le président du Conseil, Giuseppe Conte, a décidé la veille au soir d’étendre à tout le pays les restrictions de circulation et de rassemblement en vigueur depuis le week-end en Lombardie et dans certains secteurs des provinces voisines.

“Notre avenir et celui de l’Italie est entre nos mains. Faisons tous notre part pour notre bien collectif”, écrit-il sur Twitter.

Pendant les trois prochaines semaines, les Italiens sont donc priés d’éviter tout déplacement, sauf pour des raisons professionnelles ou médicales. Tous ceux qui souhaitent y déroger doivent remplir un formulaire pour en expliquer les motifs et le conserver sur elle.

Les grands rassemblements tels que les rencontres sportives sont interdits, bars et restaurants sont tenus de fermer à 18 heures, et les établissements scolaires et universitaires resteront fermées jusqu’au 3 avril.

Avec 97 décès supplémentaires en 24 heures, l’Italie comptait lundi soir 463 morts liées au coronavirus pour un total de 9.172 cas confirmés, ce qui en fait le pays le plus touché après la Chine.

“THÉRAPIE DE CHOC”

“Toute l’Italie désormais à l’arrêt”, titre mardi le Corriere della Sera. Au lever du jour, les rues de Rome, généralement très encombrées, étaient beaucoup plus silencieuses que d’ordinaire et, à l’heure de pointe, les sièges libres ne manquaient pas dans le métro.

Peu après l’allocution du chef du gouvernement, de nombreux Romains se sont rués dans les supermarchés ouverts tard le soir pour faire le plein de produits de première nécessité, ce qui a conduit les autorités à lancer un appel au calme et à promettre que les approvisionnements seraient garantis.

Les commerces sont autorisés à rester ouverts à condition que les clients respectent une distance minimale d’un mètre entre eux.

L’Organisation mondiale de la santé s’est félicitée de la réponse “agressive” des pouvoirs publics italiens, mais son coût économique fragilise un peu plus une économie au bord de la récession, dont la dette se situe au deuxième rang européen. La Bourse de Milan a reculé lundi de plus de 11% et reprenait 3,4% mardi.

Giuseppe Conte a promis une “thérapie de choc” pour faire face à la crise. Selon le ministre de l’Industrie, Stefano Patuanelli, dix milliards d’euros vont être débloqués pour aider les entreprises à faire face aux difficultés engendrées par l’épidémie.

James Mackenzie, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below