March 6, 2020 / 3:29 PM / a month ago

L'Europe doit faire front face au choc du coronavirus, selon Muzinich

PARIS (Reuters) - L’Europe devra mobiliser ses forces et recourir à tous les outils dont elle dispose si l’épidémie de coronavirus continue de s’y propager, déclare à Reuters Fabrizio Pagani, responsable global de la stratégie de marchés de capitaux chez Muzinich & Co.

L'Europe devra mobiliser ses forces et recourir à tous les outils dont elle dispose si l'épidémie de coronavirus continue de s'y propager, déclare à Reuters Fabrizio Pagani, responsable global de la stratégie de marchés de capitaux chez Muzinich & Co. /Photo prise le 7 février 2020/REUTERS/Dado Ruvic

Apparue en Chine mi-décembre, l’épidémie ne cesse de s’étendre à travers le monde, notamment en Europe, avec un important foyer de contamination en Italie et un nombre de cas qui augmente dans d’autre pays dont la France.

L’Italie est de loin la plus touchée en Europe avec 148 morts et 3.858 personnes contaminées, selon le dernier bilan officiel fourni jeudi soir.

Le gouvernement italien, qui a décidé de fermer les écoles et les universités pendant deux semaines, se prépare à porter à 5 milliards d’euros l’enveloppe consacrée à la lutte contre l’épidémie.

“La situation est sérieuse”, explique Fabrizio Pagani, qui fut conseiller économique du gouvernement italien avant de se reconvertir dans la gestion d’actifs. “Les mesures du gouvernement parlent d’elles-mêmes.”

Ces mesures sont pour l’instant ciblées afin de soutenir les régions les plus touchées et les secteurs en première ligne, à commencer par le tourisme, explique-t-il.

“Ces mesures ont été prises sur les marges du budget de l’Etat”, ajoute-il. “Le ministre des Finances a écrit à la Commission européenne pour demander une flexibilité additionnelle sur une enveloppe qui amènerait le déficit italien de 2,2% à 2,5%.”

Le gouvernement italien, qui a dépassé ses objectifs l’an dernier avec un déficit de 1,6% contre une projection de 2,2%, ne demande pas une exemption de la règle de 3% de déficit définie par le pacte de stabilité, selon Fabrizio Pagani.

“La vraie question que tout le monde se pose est de savoir si les mesures prévues pour l’instant suffiront”, prolonge l’économiste de Muzinich.

LA BCE DEVRAIT OPTER POUR DES MESURES CIBLÉES

“Si l’épidémie continue de se propager, il faudra une réponse au niveau européen”, dit-il. “Les signaux que la Commission envoie indiquent qu’elle est disposée à faire preuve de flexibilité. Il faudrait vraiment que la situation échappe à tout contrôle, ce que l’on ne peut pas exclure, pour que le pacte de stabilité soit remis en question.”

Les regards des autorités italiennes et des autres pays de la zone euro sont tournés vers la Banque centrale européenne, dont les annonces de politique monétaire sont attendues pour jeudi.

Les gouvernements et les marchés se demandent si elle emboîtera le pas à la Réserve fédérale américaine, qui a baissé mardi ses taux en urgence, une mesure qui a été suivie d’une chute des rendements obligataires et des indices boursiers américains.

“Je pense que la BCE va regarder de très près ce qui s’est passé aux Etats-Unis après la baisse de taux de la Fed, en sachant que les conditions en Europe sont très différentes puisque les marges de manoeuvre sur les taux dont dispose la BCE sont plus réduites”, fait valoir Fabrizio Pagani.

L’économiste italien pense que l’institution de Francfort se concentrera sur des mesures ciblées, avec éventuellement une révision des facilités de crédit à court terme accordées aux banques (TLTRO).

Plusieurs analystes font valoir qu’une baisse de taux n’est pas adaptée pour répondre à un choc d’offre et de demande comme celui que risque d’entraîner la propagation de l’épidémie.

Quoi qu’il en soit, une réponse monétaire seule ne peut suffire, selon Fabrizio Pagani.

“Le coronavirus est un événement extraordinaire et exceptionnel, un cygne noir très noir qui va remettre à plat tous les débats”, dit-il.

“On aura besoin de tous les outils, monétaires, budgétaires, structurels et de régulation. Tous les outils doivent être mis en place et revus parce que ce qu’on est en train de vivre est un événement d’ampleur majeure.”

édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below