March 4, 2020 / 3:04 PM / 5 months ago

La Russie résiste aux appels de l'Opep+ à réduire encore sa production

L'Arabie saoudite et d'autres pays producteurs de pétrole, membres ou non de l'Opep, ne sont pas parvenus mercredi à convaincre la Russie d'accepter une nouvelle réduction de la production de pétrole afin d'enrayer la baisse des cours provoquée par l'épidémie de coronavirus, a-t-on appris auprès d'une source l'Opep. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger

VIENNE (Reuters) - L’Arabie saoudite et d’autres pays producteurs de pétrole, membres ou non de l’Opep, ne sont pas parvenus mercredi à convaincre la Russie d’accepter une nouvelle réduction de la production de pétrole afin d’enrayer la baisse des cours provoquée par l’épidémie de coronavirus, a-t-on appris auprès d’une source l’Opep.

Certains pays producteurs de l’Opep poussaient pour une baisse supplémentaire de la production comprise entre 1 et 1,5 million de barils par jour (bpj).

La Russie a proposé simplement de prolonger jusqu’à la fin du deuxième trimestre les réductions de production déjà appliquées par les pays du groupe Opep+, où Etats membres et non membres du cartel se retrouvent.

Ce programme porte sur une réduction de la production de 2,1 millions de bpj.

Le ministre russe de l’Energie, Alexander Novak, qui s’est entretenu avec son homologue saoudien, le prince Abdelaziz ben Salman, est rentré à Moscou pour des consultations, selon des sources présentes à Vienne.

Il sera de retour dans la capitale autrichienne vendredi pour une réunion plénière ministérielle des pays de l’Opep+. Les ministres de l’Opep se seront réunis la veille.

Le baril de Brent a perdu 15% de sa valeur depuis le début de l’année en raison de la baisse de la demande liée à l’épidémie de coronavirus qui affecte l’économie mondiale et a fait plus de 3.000 morts depuis décembre.

Mercredi, l’or noir se traitait à environ 52 dollars le baril, un prix insuffisant pour de nombreux pays de l’Opep pour équilibrer leurs budgets.

Le président russe Vladimir Poutine a cependant jugé dimanche que les cours actuels du brut étaient acceptables pour le budget de son pays.

avec Shadia Nasralla et Ahmad Ghaddar; version française Claude Chendjou et Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below