February 5, 2020 / 4:32 PM / 6 months ago

Retour du cargo saoudien Bahri Yanbu en France, inquiétudes des ONG

Dix-sept ONG, dont Human Rights Watch et la Ligue des droits de l'homme, demandent au gouvernement français, dans une lettre publiée mercredi, de faire toute la lumière sur le passage prévu jeudi à Cherbourg du cargo saoudien Bahri Yanbu et d'en suspendre le chargement dans le cas où il s'agirait d'armements. /Photo d'archives/REUTERS/Massimo Pinca

PARIS (Reuters) - Dix-sept ONG, dont Human Rights Watch et la Ligue des droits de l’homme, demandent au gouvernement français, dans une lettre publiée mercredi, de faire toute la lumière sur le passage prévu jeudi à Cherbourg du cargo saoudien Bahri Yanbu et d’en suspendre le chargement dans le cas où il s’agirait d’armements.

“Le cargo saoudien Bahri Yanbu doit arriver jeudi 6 février à Cherbourg, dans le cadre d’une tournée européenne au cours de laquelle il doit également faire escale à Sheerness (Royaume-Uni) et Gênes (Italie), avant de repartir en Egypte et en Arabie saoudite”, écrivent ces ONG dans ce courrier adressé au Premier ministre Edouard Philippe.

“Le Bahri Yanbu étant connu pour transporter des armes pour le compte exclusif du ministère de la Défense saoudien, engagé dans une intervention armée entachée d’allégations de crimes de guerre au Yémen, nous vous exprimons nos plus vives inquiétudes quant au passage de ce cargo en France”, ajoutent-elles.

Les ONG, parmi lesquelles figurent également Action contre la Faim, Médecins du Monde et Oxfam France, demandent à l’exécutif des informations “sur la nature du matériel devant être chargé sur le Bahri Yanbu à Cherbourg et, dans l’hypothèse où il s’agirait d’armements”, d’indiquer “les garanties dont dispose la France que ces derniers ne seront pas utilisés de manière illégale contre des populations civiles yéménites.”

En mai 2019, le Bahri Yanbu n’avait pas pu prendre livraison en mai 2019 d’une cargaison d’armements dans le port du Havre (Seine-Maritime) sous la pression de plusieurs ONG, qui avaient relancé le débat sur l’opportunité de fournir des armes à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Le chef de l’Etat Emmanuel Macron avait à cette occasion défendu ces ventes d’armes, assurant disposer de “garanties” sur leur utilisation, sans donner plus de détails sur ces garanties.

Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below