February 5, 2020 / 2:16 PM / 4 months ago

UE: La France salue la nouvelle procédure d'adhésion au bloc

BRUXELLES/PARIS (Reuters) - La France, qui s’était opposée à l’automne à l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord sans réforme du mécanisme de l’Union européenne, a salué mercredi la nouvelle procédure d’adhésion au bloc présentée par la commission européenne.

La Commission européenne compte toujours s'élargir à terme à six pays des Balkans, a déclaré mercredi le commissaire à l'Elargissement Oliver Varhelyi (en photo) lors de la présentation d'une nouvelle procédure d'adhésion au bloc, remaniée pour surmonter les réticences de la France. /Photo prise le 5 février 2020/REUTERS/François Lenoir

Cette nouvelle procédure a été dévoilée à Bruxelles par le commissaire à l’Elargissement Oliver Varhelyi qui a assuré à cette occasion que la volonté de la Commission européenne de s’élargir à terme à six pays des Balkans (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Macédoine du Nord et Serbie), était intacte.

“Le plein élargissement de l’Union européenne (UE) aux Balkans occidentaux est une priorité absolue pour la Commission”, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse après la présentation de la proposition de réforme du processus d’adhésion, confirmant une information publiée mardi par Reuters.

Les modifications envisagées laisseraient aux Etats membres la possibilité d’interrompre une procédure d’adhésion voire de contraindre un pays candidat à reprendre à zéro les négociations sur certains chapitres politiques en cas de manquements constatés de sa part.

La Commission espère ainsi convaincre la France, qui se dit favorable au principe de l’élargissement aux Balkans à long terme, de lever ses objections avant un sommet UE-Balkans en mai à Zagreb.

“La Commission a construit un pont solide pour la France. Nous comptons sur Paris pour traverser ce pont, s’associer au consensus et ouvrir la voie au début des discussions d’adhésion”, a déclaré à Reuters un diplomate européen.

“CHANGEMENT DE MÉTHODE”

En octobre, Emmanuel Macron avait refusé l’ouverture de négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord, gelant ainsi un processus censé s’ouvrir ensuite à la Serbie, au Kosovo, au Monténégro et à la Bosnie. Le chef de l’Etat français avait notamment réclamé que l’UE se réforme avant de poursuivre un élargissement jugé “trop bureaucratique”.

A Paris mercredi, l’Elysée a estimé que la nouvelle procédure d’adhésion au bloc comportait “des éléments qui changent significativement” la donne et a salué une avancée “importante” et “positive”.

“Il y a un vrai changement de méthode qui est proposé et on retrouve tous les grands éléments qui étaient proposés par la France”, à savoir la question de la réversibilité avec un mécanisme “plus facile à activer” et une “association graduelle”, a-t-on dit.

La position de la France avait suscité ces derniers mois de nombreuses critiques, émanant entre autres de l’ancien président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et d’autres Etats membres comme l’Italie, qui estimaient que Paris avait commis une “erreur historique” en prenant le risque d’inciter les pays des Balkans à se détourner de l’UE au profit de la Chine et de la Russie.

Robin Emmott à Bruxelles et Michel Rose à Paris, version française Myriam Rivet et Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below