February 4, 2020 / 10:30 PM / 4 months ago

USA 2020: Buttigieg donné en tête dans l'Iowa, Biden en retrait

DES MOINES, Iowa (Reuters) - Pete Buttigieg s’est offert une courte avance en tête des caucus démocrates de l’Iowa, dont les premiers résultats encore partiels ont été diffusés mardi par les instances locales du parti après une très longue et chaotique attente, tandis que l’ancien vice-président Joe Biden est donné seulement quatrième.

Pete Buttigieg (photo) s'est offert une courte avance en tête des caucus démocrates de l'Iowa, dont les premiers résultats encore partiels ont été diffusés mardi par les instances locales du parti après une très longue et chaotique attente, tandis que l'ancien vice-président Joe Biden est donné seulement quatrième. /Photo prise le 4 février 2020/REUTERS/Brendan McDermid

Avec 26,8% des délégués qui étaient en jeu dans cet Etat rural du Midwest, le maire de South Bend, dans l’Indiana, devance de justesse le sénateur du Vermont Bernie Sanders (25,2%) et plus largement la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren (18,4%).

Ces résultats portent sur 71% des lieux de vote.

Avec 15,5% des délégués, Joe Biden, qui fut le vice-président de Barack Obama, arrive en quatrième position.

S’exprimant devant des partisans à Laconia, dans le New Hampshire - prochaine étape des primaires du Parti démocrate -, Buttigieg, 38 ans, a déclaré avoir lancé sa candidature un an plus tôt avec une équipe de campagne composée seulement de quatre membres, un nom méconnu de l’opinion et aucun financement, mais avec “une grande idée”.

L’ancien vétéran de l’armée, qui a combattu en Afghanistan, a souligné qu’il était temps qu’une nouvelle génération prenne le pouvoir chez les démocrates et que son manque d’expérience à Washington faisait de lui le candidat idéal pour y rompre l’impasse partisane.

“Une campagne dont certains ont estimé qu’elle n’avait pas lieu d’être a pris la tête de la course pour remplacer le président actuel avec une meilleure vision pour le futur”, a déclaré Buttigieg.

Bernie Sanders, âgé de 78 ans, était donné en tête du vote populaire, qui n’est pas utilisé pour déterminer les délégués qui se prononceront lors de la convention nationale du Parti démocrate en juillet.

BUG INFORMATIQUE

Les caucus de l’Iowa, comme de tradition, devaient lancer lundi le marathon des primaires du Parti démocrate en vue de l’élection présidentielle de novembre. Ils ont surtout été l’occasion d’un faux départ dû à un embarrassant bug informatique.

Les organisateurs avaient opté cette année pour une application électronique afin de centraliser les résultats mais des failles dans le cryptage des données ont retardé le processus et les lignes téléphoniques que des responsables ont utilisées par la suite pour faire remonter les résultats ont été vite saturées.

Plusieurs équipes de candidats démocrates ont critiqué les instances locales tandis que Donald Trump brocardait sur Twitter un “désastre absolu” et ajoutait: “La seule personne qui puisse revendiquer une très large victoire la nuit dernière dans l’Iowa, c’est ‘Trump’.”

“Rien ne marche, comme lorsqu’ils gouvernaient le pays”, a poursuivi le président américain, lui-même formellement désigné candidat par 90% des voix dans le même Etat.

Car ce faux départ risque de poursuivre les démocrates, le camp républicain s’en donnant à coeur joie sur le thème: s’ils ne sont pas capables de gérer les caucus de l’Iowa, comment les démocrates pourraient-ils prétendre gouverner la première puissance économique de la planète ?

Dans le Nevada, où des caucus du même type sont prévus le 22 février, les instances démocrates locales ont annoncé mardi qu’elles n’utiliseraient pas cette application.

Une autre primaire, dans un format ressemblant plus à un scrutin classique celle-là, aura eu lieu entre temps, le 11 février, dans le New Hampshire.

BLOOMBERG A FAIT L’IMPASSE

Après plus d’un an de pré-campagne électorale et plus de 800 millions de dollars de dépenses, les caucus de l’Iowa devaient fournir des premières réponses tangibles à un Parti démocrate qui essaie désespérément de trouver un moyen de battre Donald Trump.

Selon une tradition surannée, les électeurs de cet Etat rural du Middle West s’étaient rassemblés dans plus de 1.600 écoles, salles municipales et autres bâtiments publics pour débattre, se regrouper par affinités et manifester à main levée leur préférence.

Le rendez-vous est raté. Mais Matthew Schmidt, qui enseigne à l’université de New Haven, estimait qu’il faut relativiser. “L’Iowa aura été un désastre pour l’Iowa. C’est un faux départ qui fait du New Hampshire le premier véritable test et cela modifie en partie l’arithmétique qui déterminera le candidat qui prendra le meilleur départ”, dit-il.

D’autant que le milliardaire Michael Bloomberg, entré tardivement dans la course, a fait l’impasse sur ces premiers Etats “éclaireurs” et n’apparaîtra qu’à l’occasion du “Super Tuesday” du 3 mars au cours duquel 14 Etats et territoires, dont la Californie et le Texas, rendront leur verdict.

En 2012, lors de la primaire républicaine devant décider du nom de l’adversaire de Barack Obama, le Parti avait annoncé dans la nuit des caucus que Mitt Romney l’avait emporté avec huit voix d’avance. Deux semaines plus tard, le parti avait rectifié et donné la victoire pour 34 voix d’avance à Rick Santorum. Au final, c’est Romney qui avait décroché l’investiture.

avec Trevor Hunnicutt dans l'Iowa, Amanda Becker à Washington; version française Arthur Connan, Jean-Stéphane Brosse et Henri-Pierre André et Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below