February 1, 2020 / 2:49 PM / 4 months ago

Palestiniens et Ligue arabe rejettent le plan de paix de Trump

Le président palestinien Mahmoud Abbas (en photo à droite) a annoncé samedi avoir rompu toute relation avec Israël et les Etats-Unis, y compris en matière de sécurité, après la présentation cette semaine par Donald Trump de son plan de paix au Proche-Orient. /Photo prise le 1er février 2020/REUTERS/Mohamed Abd El Ghany

LE CAIRE (Reuters) - Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé samedi avoir rompu toute relation avec Israël et les Etats-Unis, y compris en matière de sécurité, après la présentation cette semaine par Donald Trump de son plan de paix au Proche-Orient.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe réunis en session extraordinaire au Caire ont dit de leur côté rejeter ce plan qui n’est pas susceptible selon eux de conduire à une paix “juste et durable”.

Ils se sont engagés à ne pas coopérer avec les Etats-Unis pour le mettre en oeuvre. Donald Trump a notamment fait miroiter aux Palestiniens un afflux d’argent des pétromonarchies du Golfe en contrepartie des concessions politiques qu’il entend leur imposer.

Mahmoud Abbas a dit rejeter “totalement” ce plan américain prévoyant la création d’un état palestinien démilitarisé et sans continuité territoriale sur les frontières voulues par Israël, en ouvrant la porte à l’annexion par Israël des colonies implantées dans les territoires occupés et en affirmant le caractère indivisible de Jérusalem.

“Nous avons informé les Israéliens que nous n’entretiendrons plus aucune relation avec eux ni avec les Etats-Unis, y compris en matière de sécurité”, a-t-il déclaré.

L’Autorité palestinienne coopère depuis longtemps avec les services de sécurité israéliens dans les zones de Cisjordanie occupée qu’elle administre.

Elle partage aussi des renseignements avec la CIA américaine, pratique à laquelle elle n’a pas mis fin après sa décision de boycotter l’administration Trump pour protester contre la reconnaissance par cette dernière de Jérusalem comme capitale d’Israël en 2017.

Mahmoud Abbas a déclaré devant la Ligue arabe qu’il avait refusé de prendre Donald Trump au téléphone pour discuter du plan de paix, ou même d’en recevoir un exemplaire écrit pour l’étudier.

Les ministres égyptien, saoudien, jordanien, irakien ou encore libanais ont tous souligné qu’il ne pourrait y avoir de paix sans une prise en compte des droits des Palestiniens et une solution globale au conflit israélo-arabe.

Tangi Salaün

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below