January 28, 2020 / 2:23 PM / 4 months ago

Le plan Trump-Kushner autorise l'apartheid, s'indigne un diplomate palestinien

LONDRES (Reuters) - Le plan de paix américain pour le Proche-Orient que Donald Trump doit dévoiler mardi autorise dans les faits le gouvernement israélien à instaurer un régime d’apartheid, estime le représentant de l’Autorité palestinienne en Grande-Bretagne.

Le plan de paix américain pour le Proche-Orient que Donald Trump doit dévoiler mardi autorise dans les faits le gouvernement israélien à instaurer un régime d'apartheid, estime le représentant de l'Autorité palestinienne en Grande-Bretagne. /Photo prise le 22 janvier 2020/REUTERS/Denis Balibouse

“C’est une triste mascarade politique”, a déploré mardi Houssam Zomlot, qui était auparavant chef de la mission palestinienne à Washington et conseiller stratégique du président Mahmoud Abbas.

Le plan que Donald Trump doit dévoiler à midi, heure de Washington (17h00 GMT), n’exclut probablement pas la création d’un Etat palestinien, mais le réduirait à des “bantoustans” sans continuité territoriale en reconnaissant la pérennité des colonies israéliennes de Cisjordanie, a prédit le diplomate, interrogé par Reuters.

“C’est un Etat pour Mickey Mouse. Le 28 janvier 2020 restera la date à laquelle les Etats-Unis auront autorisé Israël à mettre en oeuvre un régime d’apartheid à part entière. Trump restera dans l’histoire comme celui qui a poussé Israël dans la mauvaise direction”, a-t-il poursuivi.

Les détails du plan élaboré pendant deux ans sous la direction de Jared Kushner, gendre et conseiller du président des Etats-Unis, sont restés secrets.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a été invité à Washington pour sa présentation, mais aucun représentant palestinien n’a fait le déplacement.

Pour Houssam Zomlot, l’Autorité palestinienne n’a pas besoin d’en connaître toutes les dispositions pour savoir qu’il est inacceptable.

“Il n’y a rien au sujet de Jérusalem, rien sur les frontières de 1967”, a-t-il déploré, évoquant le statut de la ville sainte et la restitution des territoires occupés par Israël depuis la guerre des Six-Jours, deux des points-clés du processus de paix, qui est au point mort depuis 2014.

Le texte devait en revanche autoriser l’Etat hébreu à conserver un grand nombre de colonies édifiées en Cisjordanie, et une bonne part de la vallée stratégique et fertile du Jourdain.

“A midi aujourd’hui, Trump poussera Israël et Netanyahu à franchir le pas de l’apartheid”, conclut Houssam Zomlot.

Luke Baker; version française Jean-Philippe Lefief, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below