January 20, 2020 / 9:38 AM / 5 months ago

La contestation reprend en Irak, six décès signalés

Deux policiers et quatre manifestants ont été tués dans des affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de blessés, lundi à Bagdad et dans plusieurs villes d'Irak, où la contestation a repris après une accalmie, a-t-on appris de sources médicales et policières. /Photo prise le 20 janvier 2020/REUTERS/Essam al-Sudani

BAGDAD (Reuters) - Deux policiers et quatre manifestants ont été tués dans des affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de blessés, lundi à Bagdad et dans plusieurs villes d’Irak, où la contestation a repris après une accalmie, a-t-on appris de sources médicales et policières.

Trois des manifestants tués ont succombé à leurs blessures après leur admission dans un hôpital de la capitale, précise-t-on. Tous les trois ont été touchés place Tayaran, où les forces de l’ordre auraient ouvert le feu sur les manifestants. Deux ont été blessés par balles et le troisième a été touché par un tir de grenade lacrymogène, a-t-on ajouté.

Quatorze agents ont par ailleurs été blessés place Tahrir, selon leur état-major.

Des affrontements ont aussi éclaté dans le sud du pays, notamment à Nassiriya, Amara et Kerbala, où un manifestant a également été tué par balles. A Bassora, la grande ville pétrolière du Sud, deux policiers ont été tués par un automobiliste qui les a percutés en cherchant à échapper aux violences, selon des sources proches des services de sécurité.

Les manifestants reprochent au Premier ministre Adel Abdoul Mahdi de ne pas avoir remanié son gouvernement, comme il l’avait promis.

Les contestataires, mobilisés depuis le 1er octobre, réclament un renouvellement de la classe politique qu’ils jugent corrompue et incompétente. La répression a fait plus de 450 morts.

La crainte d’un conflit armé après la mort du général iranien Qassem Soleimani, tué par un drone américain le 3 janvier à Bagdad, a entraîné une accalmie, mais les contestataires ont relancé le mouvement la semaine dernière.

L’élimination du commandant de la Force Al Qods, à laquelle Téhéran a répondu en tirant une salve de missiles sur des positions américaines en Irak, a mis en évidence l’influence de l’Iran et des Etats-Unis dans le pays.

Rédaction de Bagdad, version française Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below