January 16, 2020 / 8:46 AM / 7 months ago

Téhéran accuse les Européens d'avoir cédé au harcèlement de Trump

DUBAI (Reuters) - Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a accusé jeudi les trois puissances européennes signataires de l’accord de 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique d’avoir cédé aux menaces américaines, qu’il compare à du harcèlement en milieu scolaire.

Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a accusé jeudi les trois puissances européennes signataires de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique d'avoir cédé aux menaces américaines. /Photo prise le 29 octobre 2019/REUTERS/Denis Balibouse

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, regroupés sous le sigle E3, ont annoncé mardi qu’ils déclenchaient le mécanisme de règlement des différends prévu par le Pacte d’action global commun (JCPOA) en invoquant les initiatives de l’Iran pour déroger à certaines des règles édictées par cet accord de non-prolifération.

Mais le Washington Post, citant des responsables européens, a rapporté mercredi que l’administration Trump avait menacé de taxer les importations de voitures européennes à hauteur de 25% si les trois pays européens n’accusaient pas formellement l’Iran d’enfreindre l’accord nucléaire.

“Apaisement confirmé”, commente avec ironie Zarif jeudi matin sur son compte Twitter. “L’E3 a liquidé les vestiges du JCPOA pour éviter de nouveaux droits de douanes de Trump. Cela ne fonctionnera pas, mes amis. Vous n’avez fait qu’aiguiser son appétit. Vous vous rappelez quand vous vous faisiez harceler au lycée ?”

Deux diplomates européens ont confirmé à Reuters que Washington avait menacé les Européens mais, ajoutent-ils, Paris, Londres et Berlin étaient déjà décidés à déclencher le mécanisme de règlement des différends.

Un troisième diplomate a estimé pour sa part que cette approche américaine ne faisait que nuire aux efforts européens, qui proposent, France en tête, d’ouvrir des négociations plus larges avec Téhéran.

“Vrai ou faux, cela a pour effet de décrédibiliser les Européens, mais Trump ne s’en soucie pas vraiment. Du point de vue iranien, cela prouve simplement que seuls les Etats-Unis comptent sur ce sujet”, a-t-il dit.

L’Iran a commencé en mai dernier, un an après le retrait des Etats-Unis de l’accord de 2015 décidé par Donald Trump et le rétablissement des sanctions américaines, à se soustraire à une partie des engagements qu’il avait pris dans le cadre du JCPOA.

Le pays enrichit aujourd’hui plus d’uranium qu’avant la signature de l’accord de Vienne, a déclaré jeudi le président iranien Hassan Rohani dans un discours télévisé.

“La pression exercée sur l’Iran s’est accentuée, mais nous continuons de progresser”, a-t-il ajouté.

Parisa Hafezi avec John Irish à Paris; version française Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below