December 6, 2019 / 6:02 AM / 7 months ago

L'Iran pourrait avoir tué un millier de manifestants, selon Washington

WASHINGTON (Reuters) - Les forces de sécurité iraniennes pourraient avoir tué plus d’un millier de personnes depuis le début mi-novembre des manifestations contre la hausse du prix de l’essence, a déclaré jeudi le plus haut représentant des Etats-Unis pour l’Iran.

Lors de manifestations contre la hausse du prix de l'essence à Téhéran. Les forces de sécurité iraniennes pourraient avoir tué plus d'un millier de personnes depuis le début mi-novembre des manifestations contre la hausse du prix de l'essence, a déclaré jeudi le plus haut représentant des Etats-Unis pour l'Iran. /Photo prise le 16 novembre 2019/Nazanin Tabatabaee

S’exprimant lors d’un point de presse au siège du département d’Etat américain, à Washington, Brian Hook a indiqué que parmi les personnes tuées figuraient au moins une dizaine d’enfants.

Plusieurs milliers d’Iraniens ont aussi été blessés, a-t-il ajouté.

“A mesure que la vérité sort des frontières de l’Iran, il apparaît que le régime pourrait avoir tué plus d’un millier de citoyens iraniens depuis le début des manifestations”, a dit l’émissaire spécial pour l’Iran devant les journalistes.

Le mouvement de contestation en Iran, déclenché le 15 novembre après l’annonce d’une hausse du prix de l’essence pouvant atteindre les 300%, s’est progressivement transformé en manifestations anti-gouvernementales à travers le pays.

Il a été marqué par des violences meurtrières sans précédent depuis la révolution de 1979, selon des ONG. Téhéran n’a fourni à ce stade aucun bilan officiel, mais Amnesty International a déclaré qu’au moins 208 manifestants ont trouvé la mort.

D’après le ministre iranien de l’Intérieur, 200.000 personnes ont pris part aux manifestations.

Le guide suprême de la révolution iranienne, l’ayatollah Ali Khamenei, a affirmé que le mouvement de contestation était le fruit d’une “conspiration” menée par des “voyous” soutenus par des opposants en exil et les principaux rivaux de l’Iran - les Etats-Unis, Israël et l’Arabie saoudite.

S’exprimant devant les journalistes à la Maison blanche, Donald Trump a évoqué une “situation horrible” en Iran.

“Ils tuent un tas de personnes et arrêtent des milliers de leurs propres citoyens dans une répression violente ces dernières semaines parce que (les citoyens) protestent”, a déclaré le président américain.

Humeyra Pamuk, avec Jeff Mason, Susan Heavey et Mohammad Zargham; version française Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below