December 1, 2019 / 2:05 PM / 12 days ago

Boris Johnson promet de durcir les peines après l'attaque de Londres

par Paul Sandle et Elizabeth Piper

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis dimanche un durcissement des peines de prison, après l'attaque perpétrée dans la capitale britannique par un homme ayant bénéficié d'une libération conditionnelle après avoir été condamné pour terrorisme. /Photo prise le 1er décembre 2019/ Jeff Overs/REUTERS/BBC

LONDRES (Reuters) - Le Premier ministre britannique Boris Johnson a promis dimanche un durcissement des peines de prison, après l’attaque perpétrée dans la capitale britannique par un homme ayant bénéficié d’une libération conditionnelle après avoir été condamné pour terrorisme.

A moins de deux semaines d’élections législatives anticipées, les questions de sécurité se sont imposées dans la campagne électorale après qu’Usman Khan, arborant une ceinture d’explosifs factice et armé de couteaux, a tué deux personnes vendredi avant d’être abattu par la police.

Le Parti conservateur, auquel appartient Boris Johnson, prône depuis longtemps une ligne dure en matière de police et de justice mais l’opposition dénonce les coupes à l’oeuvre depuis une décennie dans les services publics.

Boris Johnson a promis dimanche que s’il remportait les élections du 12 décembre, il accorderait davantage de moyens aux prisons et durcirait les condamnations.

“Nous allons mettre en place des condamnations plus dures pour les délinquants violents, les agresseurs sexuels et pour les terroristes”, a-t-il dit dans l’émission d’Andrew Marr sur la BBC.

“Je déplore totalement le fait que cet homme ait été dehors. Je pense que c’était totalement révoltant et nous allons prendre des mesures”, a-t-il dit.

Il a par ailleurs accusé l’opposition travailliste d’être à l’origine d’une loi permettant des remises de peine automatiques pour certains détenus.

Jeremy Corbyn, le chef de file du Parti travailliste et concurrent de Boris Johnson pour le poste de Premier ministre, a estimé pour sa part que des personnes ayant été condamnées pour terrorisme ne devaient pas nécessairement faire toute la durée de leur peine, estimant qu’il fallait tenir compte de la nature de leur condamnation et de leur comportement en prison.

“Cela dépend des circonstances, cela dépend de la condamnation et, c’est crucial, de ce qu’ils ont fait en prison”, a-t-il dit sur Sky News.

Gwénaëlle Barzic pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below