November 30, 2019 / 6:03 PM / 13 days ago

Le gouvernement irakien à nouveau contesté dans la rue

Des manifestants ont brûlé des pneus et encerclé un poste de police samedi dans la ville de Nassiria, dans le sud de l'Irak, a rapporté un témoin de Reuters, réclamant à nouveau de profondes réformes en dépit de la promesse du Premier ministre de quitter son poste. /Photo prise le 30 novembre 2019/REUTERS/Khalid al-Mousily

BAGDAD (Reuters) - Des manifestants ont brûlé des pneus et encerclé un poste de police samedi dans la ville de Nassiria, dans le sud de l’Irak, a rapporté un témoin de Reuters, réclamant à nouveau de profondes réformes en dépit de la promesse du Premier ministre de quitter son poste.

A Bagdad, les manifestations se sont poursuivies mais il y a eu moins de victimes à déplorer que lors des deux journées précédentes où plusieurs personnes ont été blessées lors des affrontements avec les forces de sécurité dans la capitale irakienne, selon la police.

Le Premier ministre irakien Adel Abdoul Mahdi a annoncé vendredi qu’il allait présenter sa démission au Parlement après deux mois d’une contestation aux contours inédits dont le bilan dépasse désormais les 400 morts.

Le gouvernement a approuvé la démission du Premier ministre, ont annoncé ses services samedi, mais le parlement doit encore lui retirer son soutien lors d’une session prévue dimanche afin qu’elle devienne officielle.

“Le gouvernement a fait tout son possible pour répondre aux demandes des manifestants et mettre en oeuvre les réformes (...) et appelle le parlement à trouver les solution lors de sa prochaine session”, peut-on lire dans un communiqué.

Le gouvernement d’Adel Abdoul Mahdi, y compris lui-même, va rester en place après le vote des parlementaires pour exécuter les affaires courantes, le temps qu’un nouvel exécutif soit choisi, a déclaré le Premier ministre samedi soir lors d’une réunion du gouvernement retransmise à la télévision.

“C’est positif (...) Cela montre que nous ne sommes plus une dictature : les gouvernements démissionnent effectivement (...)”, a-t-il dit.

Des manifestants irakiens ont salué cette démission tout en la jugeant insuffisante. Ils demandent une refonte du système politique qu’ils jugent corrompu.

Avec le bureau de Bagdad et Reuters TV, Gwénaëlle Barzic pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below