November 28, 2019 / 7:24 PM / 11 days ago

Première visite de Donald Trump en Afghanistan

BASE AERIENNE DE BAGRAM, Afghanistan (Reuters) - Donald Trump a affirmé jeudi lors d’une visite surprise en Afghanistan, la première depuis son accession à la présidence en janvier 2017, que les taliban étaient désormais prêts à accepter un cessez-le-feu.

Donald Trump a affirmé jeudi lors d'une visite surprise en Afghanistan, la première depuis son accession à la présidence en janvier 2017, que les taliban étaient désormais prêts à accepter un cessez-le-feu. /Photo prise le 28 novembre 2019/REUTERS/Tom Brenner

Le président des Etats-Unis a rendu visite aux troupes américaines stationnées sur la base aérienne de Bagram, au nord de Kaboul, à l’occasion de la fête de Thanksgiving.

Cette visite intervient neuf jours après un échange entre deux otages occidentaux et trois chefs taliban qui a relancé un processus de paix gelé depuis septembre.

“Les taliban veulent un accord”, a affirmé Donald Trump. “Nous leur avons dit qu’il fallait un cessez-le-feu. Ils n’en voulaient pas, mais ils en veulent un maintenant, je pense.”

Des chefs taliban ont déclaré à Reuters que leur mouvement discutait à nouveau avec de hauts responsables américains à Doha, depuis le week-end dernier, et que des négociations de paix formelles pourraient bientôt reprendre.

Ces négociations, pourtant bien entamées, avaient capoté en septembre dernier, Donald Trump ayant annulé une réunion à Camp David avec les taliban à la suite d’une flambée de violence.

Donald Trump promet depuis le début de sa présidence de retirer les troupes américaines d’Afghanistan, où elles sont présentes depuis 2001. Les soldats américains sont actuellement au nombre de 13.000 dans le pays, avec plusieurs milliers d’alliés rassemblés sous la bannière de l’Otan.

Environ 2.400 soldats américains ont péri dans la guerre afghane.

C’est la deuxième fois que Donald Trump, qui n’a pas fait son service militaire et peste régulièrement contre le coût important des interventions militaires américaines à l’étranger, effectue une visite dans une zone de guerre. Il s’était rendu en Irak en 2018 pour une visite de Noël.

Le président américain était accompagné de son conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien, d’une poignée de collaborateurs, d’un pool de journalistes et des agents du Secret Service, chargés de sa sécurité.

Il a rencontré le président afghan Ashraf Ghani et s’est adressé aux troupes américaines stationnant sur la base aérienne, où il a partagé avec les militaires la traditionnelle dinde de Thanksgiving.

Humeyra Pamuk, version française Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below