November 27, 2019 / 5:36 AM / 9 days ago

Un tunnel majeur rouvert à Hong Kong, nouvelle fouille à la PolyU

HONG KONG (Reuters) - L’un des principaux axes routiers de Hong Kong, resté fermé pendant près de deux semaines après avoir été bloqué par des manifestants réclamant davantage de démocratie, a rouvert mercredi alors que se profilait la fin du siège de l’université Polytechnique où s’étaient retranchés des centaines de manifestants.

L'un des principaux axes routiers de Hong Kong, resté fermé pendant près de deux semaines après avoir été bloqué par des manifestants réclamant davantage de démocratie, a rouvert mercredi alors que se profilait la fin du siège de l'université Polytechnique où s'étaient retranchés des centaines de manifestants. /Photo prise le 27 novembre 2019/REUTERS/Leah Millis

Les autorités espèrent que le calme observé le week-end dernier pour les élections locales va se prolonger dans le territoire semi-autonome, secoué depuis près de six mois par des manifestations violentes.

A Pékin, les autorités ont de nouveau souligné la nécessité “de mettre fin aux violences et restaurer l’ordre” après le scrutin, qui a donné lieu à une victoire historique des candidats pro-démocratie au détriment de ceux favorables au pouvoir en place.

En dépit de l’euphorie suscitée par les résultats des élections de district, de nouvelles manifestations antigouvernementales sont prévues le week-end prochain.

Aux premières heures de la matinée de mercredi, l’un des tunnels reliant la péninsule de Kowloon à l’île de Hong Kong a rouvert. Des images de la télévision locale montraient un flot de voitures emprunter cet important axe routier.

Des centaines de manifestants pro-démocratie avaient bloqué l’ouvrage près de deux semaines plus tôt, jetant des pavés sur la voie, allumant des incendies et détruisant des postes de péage, avant de se réfugier dans le campus de l’université Polytechnique non loin de là.

L’université située sur la péninsule de Kowloon s’est alors transformée en champ de bataille lorsque des manifestants s’y sont retranchés et ont affronté les forces de police anti-émeutes. Quelque 1.100 personnes ont été arrêtées la semaine dernière.

Alors que les services de sécurité devaient procéder à une nouvelle fouille des lieux, la vice-présidente de la “PolyU” a annoncé mercredi qu’aucun manifestant n’avait été localisé sur le campus.

“Nous espérons que nous pourrons bientôt rouvrir l’école pour commencer des travaux de réfection et réduire l’impact sur nos étudiants et sur nos projets de recherche”, a ajouté le Dr Miranda Lou.

La police garde toujours les abords du campus universitaire.

La cheffe de l’exécutif local, Carrie Lam, dont les contestataires réclament le départ, avait appelé mardi les ultimes manifestants retranchés dans l’université Polytechnique à quitter les lieux de manière pacifique le plus vite possible.

Le bureau hongkongais du ministère chinois des Affaires étrangères a par ailleurs démenti les informations de Reuters sur la mise en place d’un centre de commandement à Shenzhen, la grande ville chinoise toute proche de la “région administrative spéciale” de Hong Kong, pour gérer la crise.

Jessie Pang, Clare Jim et James Pomfret; version française Jean Terzian et Henri-Pierre André, édité par Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below