November 26, 2019 / 10:22 PM / 14 days ago

Au Chili, Pinera souhaite que l'armée surveille les infrastructures

Le président chilien Sebastian Pinera (photo) a demandé mardi au parlement d'autoriser le déploiement de l'armée pour protéger les infrastructures publiques, alors même que Human Rights Watch publiait un rapport sur de "graves" abus commis par les forces de sécurité en cinq semaines d'émeutes dans le pays. /Photo prise le 28 août 2019/REUTERS/Adriano Machado

SANTIAGO (Reuters) - Le président chilien Sebastian Pinera a demandé mardi au parlement d’autoriser le déploiement de l’armée pour protéger les infrastructures publiques, alors même que Human Rights Watch publiait un rapport sur de “graves” abus commis par les forces de sécurité en cinq semaines d’émeutes dans le pays.

Dans un courrier adressé au Congrès, le chef de l’Etat demande aux militaires d’assurer la protection des lignes de haute tension, des centrales électriques, des aéroports, hôpitaux et autres infrastructures assurant des “soins de base”.

Cette décision, ajoute-t-il, permettrait de “libérer la police (...) pour assurer la sécurité de nos concitoyens”.

La vague de manifestations accompagnées de violences qui a ébranlé le Chili à partir de la mi-octobre a fait au moins 26 morts et plus de 13.000 blessés, civils ou policiers.

“Il y a des centaines de témoignages inquiétants sur l’usage excessif de la force dans les rues et d’abus contre les personnes interpellées”, a déclaré José Miguel Vivanco, directeur de la division Amérique de Human Rights Watch, à la sortie d’un entretien avec Sebastian Pinera.

Dans son rapport, HRW prend l’exemple de passages à tabac de manifestants par les policiers, de manifestants directement visés par des cartouches de gaz lacrymogène ou d’autres renversés par des véhicules officiels ou des motos des forces de sécurité.

Le gouvernement du dirigeant de centre droit a promis un éventail de réformes pour répondre à la contestation, notamment l’instauration d’un salaire minimum garanti et la hausse des retraites.

Les parlementaires ont aussi approuvé la tenue en avril 2020 d’un référendum qui pourrait aboutir à une révision constitutionnelle, l’une des revendications des manifestants qui réclament un changement complet du modèle économique ultra-libéral du pays et du système politique hérité du régime d’Augusto Pinochet.

Dave Sherwood et Fabian Cambero, version française Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below