November 23, 2019 / 10:31 AM / 18 days ago

Japon et Corée du Sud annoncent la tenue d'un sommet commun

Le Japon et la Corée du Sud ont annoncé samedi la tenue de discussions de haut niveau le mois prochain, une initiative qui pourrait conduire à un réchauffement de leurs relations aujourd'hui délétères du fait d'un contentieux historique exacerbé depuis cet été par un différend commercial. /Photo prise le 23 novembre 2019/REUTERS/Eugene Hoshiko

NAGOYA, Japon (Reuters) - Le Japon et la Corée du Sud ont annoncé samedi la tenue de discussions de haut niveau le mois prochain, une initiative qui pourrait conduire à un réchauffement de leurs relations aujourd’hui délétères du fait d’un contentieux historique exacerbé depuis cet été par un différend commercial.

L’annonce en a été faite lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du G20 à Nagoya, au Japon, au lendemain d’une premier geste de bonne volonté de la Corée du Sud, qui a décidé à la dernière minute de reconduire un accord de partage de renseignements avec son voisin.

A l’origine, les tensions entre Tokyo et Séoul sont liées à la question des indemnisations réclamées par la Corée du Sud pour ses ressortissants soumis à un régime de travail forcé dans des entreprises japonaises durant la Seconde Guerre mondiale.

Cette querelle s’est envenimée cet été lorsque le Japon a annoncé un renforcement des restrictions sur les exportations de trois composants essentiels à l’électronique grand public, un secteur vital pour l’économie sud-coréenne.

“Je souhaite avoir un échange de points de vue en toute franchise sur la question des travailleurs de la péninsule coréenne, qui est le problème central, et d’autres sujets bilatéraux”, a déclaré le ministre japonais des Affaires étrangères, Toshimitsu Motegi, qui a rencontré son homologue sud-coréen, Kang Kyung-wha, en marge de la réunion du G20.

Washington, qui exhortait ses deux alliés à mettre en sourdine leurs vieux litiges, a bien accueilli la décision de Séoul de poursuivre sa coopération avec Tokyo dans le cadre de l’Accord général sur la sécurité du renseignement militaire (GSOMIA, selon l’acronyme anglais).

Kiyoshi Takenaka et Ju-min Park, version française Simon Carraud

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below