November 21, 2019 / 9:17 AM / 23 days ago

Pékin assure faire tout son possible pour un accord avec Washington

PEKIN (Reuters) - La Chine a assuré jeudi qu’elle ferait tout son possible pour arriver à la conclusion de la “phase 1” d’un accord commercial avec les Etats-Unis à l’heure où la perspective de la fin du bras de fer engagé entre les deux puissances économiques mondiales depuis un an et demi semble de nouveau s’éloigner.

La Chine a assuré jeudi qu'elle ferait tout son possible pour arriver à la conclusion de la "phase 1" d'un accord commercial avec les Etats-Unis à l'heure où la perspective de la fin du bras de fer engagé entre les deux puissances économiques mondiales depuis un an et demi semble de nouveau s'éloigner. /Photo prise le 30 juillet 2019/REUTERS/Aly Song

Pékin souhaite travailler avec Washington pour répondre aux préoccupations mutuelles sur la base de l’égalité et du respect mutuel et travaillera d’arrache pied pour parvenir à un accord sur la “phase 1”, a déclaré le porte-parole du ministère chinois du Commerce, Gao Fengn, à la presse.

“C’est dans les intérêts à la fois de la Chine, des Etats-Unis et du monde”, a-t-il ajouté.

Afin de débloquer la situation, le vice-Premier ministre chinois Liu He aurait invité le représentant américain du Commerce Robert Lighthizer et le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin à une nouvelle série de pourparlers à Pékin qui pourrait avoir lieu avant jeudi prochain, selon le Wall Street Journal qui cite des sources non identifiées.

La partie américaine, indique le quotidien économique, aurait donné son accord sur le principe sans s’engager sur une date mais aurait prévenu qu’ils ne se déplaceraient en Chine que si Pékin s’engageait clairement sur les questions de la protection de la propriété intellectuelle, des transferts de technologie et des produits agricoles.

La semaine dernière, le président américain Donald Trump avait annoncé que l’accord partiel pourrait être finalisé dans un délai de cinq semaines. Des responsables chinois avaient quant à eux laissé entendre que le président chinois Xi Jinping et son homologue américain signeraient l’accord début décembre.

FACTEUR HONG KONG

Ces déclarations avaient constitué l’avancée la plus notable sur la voie d’un armistice entre Pékin et Washington qui se sont mutuellement imposé depuis quinze mois des droits et taxes sur des centaines de milliards de dollars de biens, freinant la croissance économique mondiale et malmenant les marchés financiers.

Mais lors d’un déplacement au Texas mercredi, le locataire de la Maison blanche a fait savoir que le pourparlers avec Pékin n’atteignaient pas le niveau qu’il souhaitait, douchant les espoirs de voir la hache de guerre être enterrée.

Selon des spécialistes du dossier et des personnes proches de la Maison blanche, la signature de cet accord commercial partiel pourrait finalement n’intervenir que l’an prochain en raison d’une surenchère dans les négociations en cours.

La date du 15 décembre, à laquelle 156 milliards de dollars de produits importés chinois doivent être taxés par l’administration américaine, y compris des produits vendus pendant les fêtes de fin d’année, comme l’électronique grand public ou les décorations de Noël, sera dans ce contexte scrutée de près.

La situation à Hong Kong pourrait également compliquer les négociations commerciales. Mercredi, le congrès américain a adopté le “Hong Kong human rights and democracy Act”, qui demande au département d’Etat de vérifier au moins une fois par an que l’ex-colonie britannique dispose de suffisamment d’autonomie pour continuer à bénéficier d’un traitement commercial spécial de la part des Etats-Unis.

Cette loi, qui doit désormais être soumise au président Donald Trump pour promulgation, a provoqué la colère de Pékin qui dénonçait à l’issue du vote du Sénat mardi une ingérence américaine dans les affaires internes de la Chine et de Hong Kong.

La question de Hong Kong est assurément un “facteur négatif” dans les négociations commerciales, a souligné Zhang Yansheng, du China Center for International Economic Exchanges, un centre de réflexion affilié au gouvernement chinois.

version française Jean Terzian et Marine Pennetier, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below