November 10, 2019 / 11:05 AM / a month ago

Vingt-quatrième week-end de troubles à Hong Kong

La police hongkongaise a fait usage de gaz lacrymogène dimanche pour disperser des manifestants démocrates rassemblés à Tsuen Wan, quartier de l'ouest de la ville, lors du 24e week-end consécutif de troubles. /Photo prise le 10 novembre 2019/REUTERS/Shannon Stapleton

HONG KONG (Reuters) - La police hongkongaise a fait usage de gaz lacrymogène dimanche pour disperser des manifestants démocrates rassemblés à Tsuen Wan, quartier de l’ouest de la ville, lors du 24e week-end consécutif de troubles.

D’autres contestataires ont vandalisé une gare à Sha Tin, dans le centre des Nouveaux Territoires, après avoir mis le feu la veille à des barricades de plastique à Tsuen Wan, deux semaines avant le renouvellement du conseil de district.

Des manifestations sont également prévues dimanche dans les centres commerciaux de l’ensemble du territoire.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi soir pour une veillée funèbre, au lendemain la mort d’un étudiant qui a exacerbé la colère des contestataires mobilisés depuis juin.

Chow Tsz-lok, un étudiant de 22 ans qui avait fait une chute accidentelle lors d’une des manifestations du week-end dernier, est décédé vendredi à l’hôpital. Sa mort a alimenté la colère à l’égard d’une police dont l’action était déjà très contestée.

La veillée s’est déroulée dans le calme, mais beaucoup de manifestants réunis pour l’occasion ont crié “Vengeance !”, un appel entendu de plus en plus souvent lors de manifestations.

“Nous pensons que le gouvernement, la police et les partisans du pouvoir tentent d’attiser la colère des Hongkongais pour pouvoir annuler ou reporter les prochaines élections de district”, a déclaré samedi Tanya Chan, une élue démocrate. Le scrutin est prévu le 24 novembre.

Les étudiants et les jeunes sont en première ligne du mouvement lancé en juin pour dénoncer un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale.

Le texte a été abandonné, mais les manifestants réclament désormais le respect des règles démocratiques et craignent la remise en cause du principe “un pays, deux systèmes” accepté dans le cadre de la rétrocession à la Chine de l’ex-colonie britannique, en 1997.

Jessie Pang, Jean-Philippe Lefief pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below