November 7, 2019 / 10:59 AM / 5 days ago

Le Labour promet 400 milliards de livres pour "réparer le Royaume-Uni"

LIVERPOOL, Angleterre (Reuters) - Le Parti travailliste a dévoilé jeudi un plan massif d’investissements publics à hauteur de 400 milliards de livres sur dix ans (environ 465 milliards d’euros) pour mettre en oeuvre un “changement irréversible de l’équilibre du pouvoir et des richesses” au Royaume-Uni.

John McDonnell, pressenti pour le ministère des Finances si le Labour remporte les élections générales anticipées du 12 décembre. Le Parti travailliste a dévoilé jeudi un plan massif d'investissements publics à hauteur de 400 milliards de livres sur dix ans (environ 465 milliards d'euros) pour mettre en oeuvre un "changement irréversible de l'équilibre du pouvoir et des richesses" au Royaume-Uni. /Photo prise le 4 novembre 2019/REUTERS/Peter Nicholls

John McDonnell, pressenti pour le ministère des Finances si le Labour remporte les élections générales anticipées du 12 décembre, a précisé qu’un effort particulier serait mis sur l’éducation, le logement et les hôpitaux.

Ces trois domaines bénéficieront d’un fonds spécial de 150 milliards de livres venant s’ajouter aux 250 milliards déjà prévus par le Labour.

“Dépensé sur les cinq premières années de notre gouvernement travailliste, ce Fonds de transformation sociale engagera la tâche urgente de réparer le tissu social que les Tories ont déchiré”, dit-il dans le texte d’un discours qu’il devait prononcer à Liverpool, un des symboles de la désindustrialisation.

Le Labour entend financer son programme par des emprunts à long terme.

“Notre objectif est de réaliser ce à quoi aspiraient les précédents gouvernements travaillistes: un changement irréversible de l’équilibre du pouvoir et des richesses en faveur de la classe ouvrière. Cela passe par des investissements à un niveau jamais vu auparavant dans notre pays”, explique McDonnell.

Pour le conservateur Sajid Javid, ministre sortant des Finances en campagne à Manchester, ce projet relève d’une “économie de fiction”.

“Nous ne pouvons pas laisser le Labour remonter dans le temps, laisser les dépenses publiques échapper à tout contrôle et en imputer le prix aux familles qui travaillent dur”, a-t-il poursuivi, appelant les électeurs à tirer les leçons du passé. “Ils ruineront nos finances publiques, augmenteront vos impôts et écraseront sous les dettes la génération future.”

L’affrontement à distance entre les deux principaux prétendants au poste de chancelier de l’Echiquier illustre le fossé qui sépare conservateurs et travaillistes dans leur approche de l’économie: Javid a accroché sur un mur de son bureau un portrait de Margaret Thatcher; McDonnell a brandi naguère le “Petit livre rouge” de Mao Zedong dans l’enceinte du Parlement.

Néanmoins, selon les estimations de la Resolution Foundation, un centre d’études indépendant, le Royaume-Uni, quel que soit le vainqueur du scrutin du 12 décembre, s’oriente vers une hausse de la dépense publique, qui devrait renouer avec les niveaux des années 1970.

Le Parti conservateur, après neuf années de réduction des dépenses et du déficit budgétaire, prévoit lui aussi une forte augmentation des moyens financiers des services publics.

William James avec Kylie MacLellan à Manchester; Henri-Pierre André pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below