November 6, 2019 / 10:38 PM / 7 days ago

Conte dénonce le projet "inacceptable" d'ArcelorMittal en Italie

ROME (Reuters) - Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a dénoncé mercredi le projet “inacceptable” d’ArcelorMittal qui veut selon lui supprimer 5.000 emplois en Italie.

Le président du Conseil italien, Giuseppe Conte (photo), a dénoncé mercredi le projet "inacceptable" d'ArcelorMittal qui veut selon lui supprimer 5.000 emplois en Italie. /Photo prise le 18 octobre 2019/REUTERS/Piroschka van de Wouw

ArcelorMittal a annoncé lundi qu’il résiliait son offre de rachat de l’aciérie italienne Ilva, estimant ne plus bénéficier d’une protection juridique contre d’éventuelles poursuites pénales liées à la pollution du site, qui aurait entraîné des centaines de cancers ces dernières années.

Le chef du gouvernement italien a rencontré mercredi l’encadrement du sidérurgiste et a conclu de ces échanges que la question de la protection juridique n’avait aucun lien avec la volonté d’ArcelorMittal de quitter la péninsule.

S’exprimant devant des journalistes, Conte a déclaré que le véritable problème était selon lui que la firme n’avait pas atteint ses objectifs de production.

“La protection juridique n’est pas le problème. La compagnie estime que l’actuel niveau de production de quatre millions de tonnes par année ne couvre pas ses investissements et ne peut justifier le nombre actuel de salariés”, a-t-il dit, ajoutant qu’ArcelorMittal avait pour objectif de produire six millions de tonnes d’acier par an à Tarente.

Aucun commentaire n’a été fait dans l’immédiat par ArcelorMittal.

Le groupe a prévu de commencer à fermer les hauts fourneaux et rendre les clés du site d’ici à début décembre.

Ilva, que l’Etat italien a reprise en 2015 et qu’ArcelorMittal s’est engagé à racheter l’an dernier, est basée à Tarente, dans les Pouilles. L’aciérie emploie 8.000 personnes directement, et plusieurs milliers d’autres en sous-traitance, dans une région fortement frappée par le chômage.

Le bouclier juridique initialement proposé par le gouvernement, annulé par le Parlement à la date de dimanche dernier, devait préserver ArcelorMittal de toute poursuite liée aux conséquences du plan de dépollution du site.

Conte a déclaré mercredi avoir donné à ArcelorMittal deux jours pour reconsidérer sa position, tout en admettant n’avoir reçu aucun engagement de la part de l’entreprise concernant cette requête.

“Il est prématuré de dire comment cela va se terminer. Le plan de suppression d’emplois qu’ils ont présenté est clairement inacceptable”, a-t-il dit. “La première réunion ne nous donne pas beaucoup d’espoir”.

Crispian Balmer et Giuseppe Fonte; Nicolas Delame et Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below