November 6, 2019 / 12:42 PM / 6 days ago

Téhéran a décidé "explicitement" de sortir de l'accord nucléaire, dit Macron

PEKIN (Reuters) - L’Iran, qui a annoncé franchir la quatrième étape de son désengagement progressif de l’accord nucléaire de Vienne (JCPOA), décide pour la première fois “explicitement” de sortir de l’accord de 2015, a déclaré Emmanuel Macron mercredi, précisant qu’il faudrait en “tirer des conséquences.”

L'Iran, qui a annoncé franchir la quatrième étape de son désengagement progressif de l'accord nucléaire de Vienne (JCPOA), décide pour la première fois "explicitement" de sortir de l'accord de 2015, a déclaré Emmanuel Macron mercredi, précisant qu'il faudrait en "tirer des conséquences." /Photo prise le 6 novembre 2019/REUTERS/Jason Lee

“Les décisions d’hier sont graves”, a déclaré le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse à Pékin, au troisième et dernier jour de sa visite en Chine.

“Pour la première fois de manière explicite et de manière non limitée, l’Iran décide de sortir du cadre du JCPOA, ce qui est un changement profond”. “J’aurai des discussions dans les prochains jours également avec les Iraniens et nous devons collectivement en tirer les conséquences”.

L’Iran est en crise ouverte avec les Etats-Unis depuis le choix du président américain Donald Trump, en mai 2018, de se retirer unilatéralement de l’accord de 2015 qui levait les sanctions contre la République islamique en échange d’une limitation de son programme nucléaire.

Téhéran a riposté en revenant depuis sur certains de ses engagements pris dans le cadre de cet accord signé par l’Allemagne, la Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis.

La République islamique a annoncé qu’elle franchirait ce mercredi une nouvelle étape - la quatrième - de son désengagement progressif de l’accord en reprenant les injections d’hexafluoride d’uranium (UF6) à Fordow, permettant de reprendre l’enrichissement de l’uranium. A Washington, la porte-parole du département d’Etat américain a estimé que cette décision était “un grand pas dans la mauvaise direction”.

“CRESCENDO”

L’Iran espère contraindre les parties européennes à tenir leurs promesses de compensation des sanctions américaines, imposées après le retrait des Etats-Unis en mai 2018.

“Notre priorité, c’est évidemment de ramener l’Iran à un plein respect” du JCPOA, a souligné Emmanuel Macron. “Les prochaines semaines seront pour nous dédiées à une pression accrue de tous pour que l’Iran revienne dans ce cadre, ce qui doit s’accompagner aussi d’allègements de certaines sanctions pour revenir à l’équilibre d’ensemble”.

Quant à la désescalade des tensions, “cela ne peut se faire que si les Etats-Unis acceptent aussi - et l’Iran de l’autre côté - de rouvrir une forme d’agenda de confiance, d’élargir celui-ci et d’avancer de manière concrète sur des gestes”, a-t-il ajouté, précisant qu’il aurait le président américain au téléphone dans “les prochains jours”.

Faute de quoi, il y aura “un crescendo permanent dont l’issue ne peut être qu’une crise”, a ajouté Emmanuel Macron qui s’est félicité de “la clarté” des propos sur l’Iran du président chinois Xi Jinping avec qui il s’est entretenu dans la matinée à Pékin.

En dépit de la pression de la communauté internationale, les deux parties continuent de camper sur leurs positions : la République islamique fait de la levée des sanctions un préalable à toute reprise de dialogue et Donald Trump poursuit sa stratégie “de pression maximale” sur Téhéran afin de pousser l’Iran à négocier un nouvel accord plus contraignant.

Edité par Sophie Louet

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below