November 5, 2019 / 9:56 AM / 7 days ago

L'Iran continue à s'affranchir de l'accord sur le nucléaire

GENEVE (Reuters) - L’Iran franchira mercredi la quatrième étape de son désengagement progressif de l’accord de Vienne en produisant de l’uranium enrichi à 5% sur son site souterrain de Fordow, a annoncé mardi le chef de l’organisation iranienne de l’énergie atomique, Ali Akbar Salehi.

L'Iran va enfreindre une nouvelle disposition de l'accord de 2015 sur son programme nucléaire en injectant du gaz dans 1.044 centrifugeuses du centre d'enrichissement d'uranium de Fordow, a annoncé mardi le président Hassan Rohani (photo). /Photo prise le 26 septembre 2019/REUTERS/Brendan Mcdermid

Dès mardi matin, dans un discours télévisé, le président Hassan Rohani avait annoncé que l’Iran allait enfreindre une nouvelle disposition de l’accord de 2015 sur son programme nucléaire en injectant du gaz dans 1.044 centrifugeuses de Fordow, permettant ainsi de reprendre l’enrichissement.

Il n’avait pas précisé de quel type de gaz il s’agissait mais l’ambassadeur iranien auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré par la suite qu’il s’agissait d’hexafluoride d’uranium (UF6).

Des inspecteurs de l’AIEA seront envoyés sur place pour superviser le processus, a ajouté Kazem Gharibabadi.

En vertu de l’accord de Vienne, ces 1.044 centrifugeuses ne doivent être utilisées qu’à des fins autres que l’enrichissement d’uranium, comme la production d’isotopes stables, employés dans divers domaines comme la recherche médicale.

L’Iran a décidé en mai dernier de s’affranchir par étapes du Plan d’action global conjoint (JCPOA), conclu entre l’Iran, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France) et l’Allemagne, un an après la décision de Donald Trump de dénoncer l’accord et d’imposer des sanctions économiques à Téhéran.

L’Iran espère ainsi contraindre les signataires européens à compenser les mesures de rétorsion américaines.

Toutes les mesures contraires à l’accord de Vienne prises jusqu’ici par la République Islamique sont réversibles et elle respectera tous ses engagements quand les autres signataires feront de même, a souligné Hassan Rohani dans son discours.

“Nous connaissons leur sensibilité au sujet de Fordow, de ces centrifugeuses, mais nous cesserons d’y injecter du gaz quand ils respecteront leurs engagements (...). Il est donc possible de revenir sur cette étape. Il n’est pas question de respecter unilatéralement nos engagements s’ils ne respectent pas les leurs”, a insisté Hassan Rohani.

Dans un communiqué commun, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont appelé Téhéran à revenir sur ses dernières décisions en date. [nP6N26F00C]

La Commission européenne a de son côté estimé qu’il devenait de plus en plus difficile de préserver l’accord conclu en 2015

Ali Akbar Salehi a déclaré que la République islamique avait la capacité de porter son taux d’enrichissement à 20% si nécessaire. “Pour l’instant, nous avons suffisamment d’uranium enrichi à 20% mais s’il le faut, nous pouvons en produire”, a-t-il dit, cité par l’agence de presse ISNA.

Babak Dehghanpisheh, avec Parisa Hafezi à Dubaï, Jean-Philippe Lefief et Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below