November 5, 2019 / 6:55 AM / 7 days ago

Bolivie: Un chef de file de l'opposition appelle à paralyser les institutions

Un "Cabildo" (conseil municipal) à Santa Cruz, en Bolivie. Un chef de file de l'opposition bolivienne a appelé lundi les manifestants à "paralyser" les institutions gouvernementales et à bloquer les frontières, alors que le mouvement de contestation provoqué par les résultats controversés de l'élection présidentielle est entré dans sa troisième semaine. /Photo prise le 4 novembre 2019/REUTERS/Rodrigo Urzagasti

LA PAZ (Reuters) - Un chef de file de l’opposition bolivienne a appelé lundi les manifestants à “paralyser” les institutions gouvernementales et à bloquer les frontières, alors que le mouvement de contestation provoqué par les résultats controversés de l’élection présidentielle est entré dans sa troisième semaine.

Les manifestations ont débuté dans la capitale La Paz lorsque le Tribunal électoral suprême (TSE) a interrompu de manière inattendue les projections sur son site quand un second tour entre le président sortant Morales et son principal rival Carlos Mesa se profilait, après dépouillement de 84% des bulletins de vote.

Les résultats définitifs du scrutin du 20 octobre ont crédité Morales d’une avance de plus de dix points de pourcentage sur Mesa, soit un écart suffisant pour être élu dès le premier tour du scrutin et obtenir ainsi un quatrième mandat.

Mesa, à la tête du pays de 2003 à 2005, et les manifestants dénoncent une fraude électorale. Morales rejette les accusations.

Alors que des émissaires de l’Organisation des Etats américains (OAS) ont débuté un audit de l’élection présidentielle (), plusieurs groupes d’opposition civiques font pression sur le dirigeant socialiste pour qu’il quitte le pouvoir ou organise de nouvelles élections.

Luis Fernando Camacho, devenu l’une des figures éminentes de l’opposition, a appelé à bloquer pacifiquement les institutions gouvernementales dès la nuit de lundi à mardi.

“Nous avons décidé de radicaliser la grève nationale civique”, a-t-il déclaré lors d’un rassemblement lundi soir dans la ville de Santa Cruz, dans l’est du pays, devant plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Camacho, qui avait auparavant donné 48 heures à Morales pour démissionner, a déclaré qu’il marcherait mardi dans les rues de La Paz avec une lettre de démission pour le chef de l’Etat sortant.

Daniel Ramos et Miguel Lo Bianco; Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below