October 24, 2019 / 6:49 PM / 21 days ago

Pence soutient les manifestants de Hong Kong, critique Nike et la NBA

Le vice-président américain Mike Pence a accusé jeudi la Chine d'étouffer les "droits et libertés" à Hong Kong et reproché à Nike et la NBA d'avoir cédé face à Pékin dans l'affaire des Houston Rockets. /Photo prise le 17 octobre 2019/REUTERS/Huseyin Aldemir

WASHINGTON (Reuters) - Le vice-président américain Mike Pence a accusé jeudi la Chine d’étouffer les “droits et libertés” à Hong Kong et reproché à Nike et la NBA d’avoir cédé face à Pékin dans l’affaire des Houston Rockets.

“Hong Kong est un exemple vivant de ce qu’il peut se produire quand la Chine embrasse la liberté”, a déclaré Mike Pence lors d’un discours sur la Chine prononcé devant un laboratoire d’idées de Washington.

“Et pourtant, ces dernières années, Pékin a accru ses interventions à Hong Kong et pris des mesures qui entravent les droits et les libertés garanties à la population de Hong Kong par un accord international contraignant.”

“Nous nous tenons à vos côtés, vous êtes une source d’inspiration pour nous. Nous vous exhortons à continuer sur le chemin de la non-violence”, a poursuivi Mike Pence à l’adresse des manifestants qui contestent la mainmise de Pékin sur Hong Kong depuis plusieurs mois.

A propos de Nike et de la ligue nord-américaine de basket-ball qui n’ont pas pris la défense du manager des Houston Rockets, Daryl Morey, après un tweet envoyé par ce dernier en soutien aux manifestants hongkongais, le vice-président américain a ajouté: “Certains des plus grands joueurs ou patrons de la NBA, qui font usage régulièrement de leur liberté pour critiquer ce pays, perdent leur voix quand s’il s’agit de défendre la liberté et les droits d’autres peuples.”

En “s’alignant sur le Parti communiste chinois et en faisant taire l’expression libre, la NBA agit comme la filiale à part entière de ce régime autoritaire”, a accusé Mike Pence.

Nike, qui a retiré de ses magasins en Chine les produits dérivés de la franchise de Houston, “se veut le champion de la soi-disant justice sociale, mais dès qu’il s’agit de Hong Kong, il préfère laisser sa conscience sociale à la porte”, a encore déclaré le vice-président des Etats-Unis.

Alexandra Alper et Matt Spetalnick; Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Jean-Philippe Lefief

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below