October 20, 2019 / 10:14 AM / 22 days ago

Heurts entre forces de l'ordre et manifestants à Hong Kong

Les forces de l'ordre hongkongaises ont fait usage dimanche de gaz lacrymogène et ont chargé des manifestants venus participer à un rassemblement interdit par les autorités, confrontées depuis le printemps à une crise politique sans précédent depuis la rétrocession de l'ex-colonie britannique à la Chine en 1997. /Photo prise le 20 octobre 2019/REUTERS/Tyrone Siu

HONG KONG (Reuters) - Les forces de l’ordre hongkongaises ont fait usage dimanche de gaz lacrymogène et ont chargé des manifestants venus participer à un rassemblement interdit par les autorités, confrontées depuis le printemps à une crise politique sans précédent depuis la rétrocession de l’ex-colonie britannique à la Chine en 1997.

Les policiers ont exhorté par mégaphone les manifestants, dont certains ont lancé des cocktails Molotov en direction du commissariat du quartier de Kowloon, à se disperser. Des scènes de saccage de magasins et de stations de métro ont par ailleurs été observées le long du parcours de la marche.

Les autorités hongkongaises avaient mis en avant les risques de débordements violents et de vandalisme pour expliquer leur refus d’autoriser le rassemblement de ce dimanche.

Plusieurs milliers de contestataires ont défi l’interdiction, se rassemblant en plusieurs lieux du territoire semi-autonome après deux semaines d’un calme relatif.

Le Front civil des droits de l’homme a recensé quelque 350.000 manifestants. La police n’a pas fourni son estimation.

Dans la soirée, quelques centaines de militants radicaux s’en sont pris à des banques et d’autres commerces liés à la Chine et des incendies ont été allumés sur Nathan Road, axe routier majeur au coeur de la péninsule de Kowloon. Les forces de l’ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes et au moyen d’un canon à eau; des policiers ont également chargé.

Des bombes incendiaires ont été lancées sur le commissariat de police de Tsim Sha Tsui, situé sur Nathan Road.

Depuis le début des grandes manifestations, en juin dernier, plus de 2.300 personnes ont été arrêtées.

D’abord réunis contre un projet de loi d’extradition vers la Chine continentale abandonné depuis, les manifestants réclament désormais plus largement le respect des principes démocratiques à Hong Kong et dénoncent une influence excessive de Pékin à l’encontre du principe “un pays, deux systèmes” qui a présidé à la rétrocession à la Chine de l’ex-colonie britannique, en 1997.

Anne Marie Roantree et Marius Zaharia; Marine Pennetier pour le service français, édité par Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below