October 16, 2019 / 4:58 AM / a month ago

Syrie: Poutine dit à Erdogan son inquiétude sur la situation humanitaire, dit le Kremlin

MOSCOU (Reuters) - Le président russe Vladimir Poutine a reçu un appel téléphonique de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et a profité de l’occasion pour se plaindre de la situation humanitaire à la frontière turco-syrienne, a déclaré mardi soir le Kremlin.

Le président russe Vladimir Poutine a reçu un appel téléphonique de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan et a profité de l'occasion pour se plaindre de la situation humanitaire à la frontière turco-syrienne, a déclaré mardi soir le Kremlin. /Photo prise le 11 octobre 2019/REUTERS/Sputnik/Alexei Druzhinin/Kremlin

Poutine a souligné la nécessité d’éviter que les forces turques et l’armée syrienne - soutenue par la Russie - entrent en conflit dans le nord-est de la Syrie, où la Turquie a débuté mercredi dernier une offensive, a ajouté la présidence russe.

Le Kremlin a également indiqué que Vladimir Poutine a dit à Recep Tayyip Erdogan que le fait que les combattants du groupe Etat islamique (EI) maintenus en détention par les forces kurdes tentaient de profiter du chaos pour s’enfuir était inacceptable.

Cet entretien entre les deux chefs d’Etat est intervenu alors que Moscou a exprimé dans la journée de vives critiques sur l’offensive turque dans le nord-est syrien, laissant apparaître pour la première fois une perte de patience à l’égard d’Ankara.

L’émissaire russe pour la Syrie a suggéré qu’il était temps que la Turquie mette fin sous peu à son offensive, la qualifiant d’”inacceptable”.

“Nous n’avons pas convenu avec les Turcs de leur présence en Syrie à quel niveau que ce soit, et nous n’approuvons pas leurs agissements”, a déclaré Alexander Lavrentiev à des journalistes lors d’une visite officielle de Vladimir Poutine à Abou Dhabi.

Il a précisé que l’armée turque était autorisée, dans le cadre d’un accord entre Damas et Ankara conclu en 1998, à pénétrer temporairement en Syrie sur une zone de 10 km de largeur pour y mener des opérations anti-terroristes, mais que cela n’autorisait pas les Turcs à “rester de manière permanente” sur le territoire syrien.

Le Kremlin a annoncé dans un communiqué que Recep Tayyip Erdogan avait accepté l’invitation émise par Vladimir Poutine de se rendre dans les prochains jours en Russie pour des discussions urgentes.

Rapportant l’entretien téléphonique Poutine-Erdogan, la présidence turque a indiqué pour sa part qu’Erdogan a déclaré à son homologue que l’opération turque contribuerait à la lutte contre le terrorisme, à l’intégrité territoriale de la Syrie et à une solution politique.

De retour d’un voyage à Bakou, en Azerbaïdjan, Recep Tayyip Erdogan a déclaré à des journalistes qui l’accompagnaient en avion que l’offensive de l’armée turque se poursuivrait tant que celle-ci n’aurait pas atteint son but, écartant l’hypothèse d’un cessez-le-feu réclamé lundi par son homologue américain Donald Trump.

Maria Tsvetkova, Oleysa Astakhova, Maxim Rodionov et Andrew Osborn, avec Tuvan Gumrukcu à Ankara; Jean Terzian pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below