Les enfants gâtés de la Pac refusent de partager le gâteau

jeudi 21 novembre 2013 16h09
 

par Marion Douet

PARIS (Reuters) - Ce sont les agriculteurs français les plus choyés par les subventions européennes qui ont manifesté jeudi contre la réforme de la Politique agricole commune (Pac), que François Hollande entend réorienter vers les éleveurs en difficulté.

Les céréaliers seront les principaux perdants de la nouvelle réforme de l'Europe verte entérinée mercredi par le Parlement européen, qui réduira les aides aux plus grandes exploitations et renforcera les exigences environnementales.

Les agriculteurs d'Ile-de-France ont lancé autour de Paris des opérations de blocage avec leurs tracteurs dont le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, a demandé la levée immédiate après des accidents ayant provoqué un mort et plusieurs blessés à proximité des blocages.

Les producteurs de blé et de maïs, qui appelaient à la mobilisation, estiment que la répartition selon eux injuste des aides leur portera un préjudice important.

"Les mesures annoncées à ce jour conduiraient à une ponction injustifiée sur les céréaliers, entraînant des distorsions de concurrence majeures avec les agriculteurs du reste de l'Europe, notamment l'Allemagne", disent-ils dans un communiqué commun.

La France a obtenu dans le budget européen 2014-2020 une enveloppe de 64 milliards d'euros pour l'agriculture, une baisse de 2% quand celle de l'Allemagne a diminué de 7%.

Mais pour répartir ces aides, François Hollande a choisi de donner la priorité aux petites exploitations et aux éleveurs, traditionnellement moins bien lotis que les céréaliers dans l'Europe verte. Au total, un milliard d'euros supplémentaires seront dirigés chaque année vers eux.

"J'ai fait des choix pour que l'élevage soit la priorité de notre politique agricole", a-t-il déclaré le 2 octobre lors d'un salon agricole, jugeant inacceptable de "laisser les éleveurs dans la situation d'aujourd'hui avec des revenus plus bas que dans le reste de la profession avec des aléas plus élevés, des contraintes plus lourdes".   Suite...

 
Ce sont les agriculteurs français les plus choyés par les subventions européennes qui ont manifesté jeudi contre la réforme de la Politique agricole commune (Pac), que François Hollande entend réorienter vers les éleveurs en difficulté. /Photo prise le 3 octobre 2013/REUTERS/Stéphane Mahé