Mgr Vingt-Trois juge la France menacée de "décadence"

dimanche 21 juillet 2013 11h13
 

PARIS (Reuters) - La société française n'est "pas encore tout à fait" décadente mais le risque existe, estime le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois, dans une interview au Parisien-Dimanche.

"On est dans une société de violence où les réflexes de sociabilité ne sont plus intégrés", déclare l'ex-président de la Conférence épiscopale. "Nous n'avons plus d'objectif commun qui mobilise au-delà des intérêts particuliers ou corporatistes."

Prié de dire si la société française approche de la décadence, Mgr Vingt-Trois, qui s'est notamment opposé au mariage homosexuel et à une loi autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon, répond :

"On s'en approche si on laisse filer les choses en disant que, finalement, l'égalité c'est que tous les particularismes puissent s'exprimer, qu'ils sont tous aussi légitimes, qu'il n'y a plus de règle commune pour faire le tri."

A propos de la loi sur l'embryon, votée mardi par le Parlement, il dit redouter une "instrumentalisation de l'humain" dans la recherche scientifique.

Il estime enfin que la lutte contre le fondamentalisme religieux, notamment musulman, passe par une réflexion dès l'école sur les religions et non par leur négation.

"Si l'école continue d'avoir des comportements laïcistes béotiens", le recours de "jeunes marginalisés" au fondamentalisme musulman "ne peut que s'aggraver", dit-il.

"Pour lutter contre le fondamentalisme, il faut apprendre aux gens à réfléchir sur les religions et ne pas faire comme si elles n'existaient pas", ajoute l'ecclésiastique.

Emmanuel Jarry, édité par Jean-Stéphane Brosse

 
La société française n'est "pas encore tout à fait" décadente mais le risque existe, estime le cardinal-archevêque de Paris, Mgr André Vingt-Trois dans une interview au Parisien-Dimanche. /Photo prise le 11 février 2013/REUTERS/Charles Platiau