Relaxe requise pour le policier de Villiers-le-Bel

vendredi 7 juin 2013 17h12
 

par Chine Labbé

PONTOISE, Val-d'Oise (Reuters) - Le parquet a requis vendredi la relaxe du policier poursuivi pour la mort de deux adolescents dans un accident de la route ayant entraîné plusieurs jours d'émeutes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) en 2007.

Le jugement a été mis en délibéré au 13 septembre.

Franck Viallet, qui conduisait le véhicule entré en collision avec la moto des deux jeunes gens, est soupçonné d'avoir commis des fautes ayant joué "un rôle direct, déterminant et essentiel dans la production du dommage."

Le décès des adolescents de 15 et 16 ans avait provoqué deux nuits d'échauffourées à Villiers-le-Bel et d'autres villes du Val-d'Oise. Des tensions étant nées le soir-même, la police n'a pu faire les constatations que près de 8 heures après les faits.

Se gardant de prononcer le terme "relaxe", le procureur Henri Génin n'a pas suivi l'accusation et dit ne pouvoir requérir la condamnation pénale du prévenu.

"Dire la vérité à des familles éplorées, ce n'est pas facile", a-t-il déclaré, qualifiant la conduite du pilote de la moto "d'essentielle et déterminante" dans l'accident.

"L'émotion et la colère se sont exprimées, le temps de la raison, qui est aussi celui de la justice, est maintenant venu", a-t-il dit, évoquant "l'affolante insouciance" des deux jeunes.

Reconnaissant l'existence possible d'un "interstice, dans lequel vous pourriez trouver une très mince faute d'imprudence", Henri Génin, qui a exprimé sa "perplexité" face à certaines conclusions de l'expertise, a estimé que le doute devait profiter au prévenu.   Suite...

 
Le parquet a requis vendredi la relaxe du policier poursuivi pour la mort de deux jeunes dans un accident de la route ayant entraîné plusieurs jours d'émeutes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) en 2007. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé